Le marché des cabinets d’avocats n’est que rarement bousculé par des mouvements d’ampleur. Cette année, un projet a marqué les esprits : il s’agit de la fusion de Mermoz Avocats, cabinet créé en décembre 2021, avec HPML. Retour sur l’événement.

Habituellement, lorsqu’il se passe quelque chose de remarquable sur le marché français des cabinets d’avocats d’affaires, c’est parce qu’une firme anglaise ou américaine y pose ses valises : en l’occurrence Addleshaw Goddard en février 2021. Cette fois, ce sont bien des Français qui ont fait l’actualité de 2022 avec la création de Mermoz Avocats, enseigne qui a permis la réunion d’une cinquantaine d’avocats. Là où certaines structures mettent des années à atteindre un tel effectif, Mermoz Avocats n’a eu besoin de quelques mois seulement.

L’attente ne sera pas longue

Tout part d’une vraie stratégie d’entreprise, celle d’avocats spécialistes des transactions financières s’apercevant que le développement de leur activité pourrait être accéléré par l'ajout de compétences additionnelles au sein de leur cabinet. Pour parfaire leur positionnement sur les LBO, notamment internationaux, ces avocats ont besoin de compétences en antitrust, en fiscal mais aussi en restructuring ou encore en l’IP/IT. Gilles Roux et Tristan Segonds, alors associés chez Villechenon, décident de fonder leur propre boutique et de la façonner selon les besoins de leurs clients soit des entreprises, des dirigeants et des fonds d’investissement. Tout va alors très vite. Le duo, qui travaillait jusque-là avec l’appui d’un réseau informel de confrères, embarque tout le monde dans la création de Mermoz Avocats. "Nous avons eu beaucoup de chance parce que, lorsque nous avons choisi de nous lancer, nous n’avons rencontré aucune difficulté pour convaincre nos consœurs et confrères qui eux aussi de leur côté, souhaitaient quelque chose de nouveau. Ils nous ont tous suivis", se souvient Gilles Roux. À commencer par les plus proches, exerçant comme eux chez Villechenon : Catherine Nahmias-Ferrandini en droit social, Arnaud Levasseur en private equity/M&A et Martin Kyuchukov en financement. Puis ceux en provenance d’autres maisons : le counsel en droit fiscal chez Hogan Lovells Laurent Ragot, Olivier Péchenard en restructuring, qui exerçait en indépendant, et l’expert du secteur des énergies et de la sécurisation des risques contractuels Régis Mahieu, qui quitte alors Aperwin. Olivier Péchenard et Régis Mahieu seront accompagnés de leurs collaborateurs. Au total, lorsque le jeune cabinet ouvre ses portes en janvier 2022, son effectif atteint déjà 25 avocats qui s’installent rue Mermoz dans le 8e arrondissement de Paris.

L’histoire ne s’arrête pas là. L’objectif des fondateurs est toujours de constituer une équipe pluridisciplinaire. Il leur faut séduire de nouveaux profils. L’attente ne sera pas longue : grâce à l’arrivée du cabinet Fourgoux Djavadi & Associés, une structure intégrée à Fidal trois ans auparavant, Mermoz Avocats peut compter sur la pratique antitrust. Dans leur mouvement, Jean-Louis Fourgoux et Leyla Djavadi sont suivis par cinq collaborateurs.

Une révélation

Cependant, Mermoz Avocats n’aurait pas la dimension qu’on lui connaît aujourd’hui si un projet ambitieux n’avait pas animé depuis le début Gilles Roux et Tristan Segonds. L’occasion se présente au mois de septembre 2021, mois précédant le lancement de Mermoz Avocats, au terme d’un dossier stratégique. Stratégique pour leur client bien sûr, mais aussi pour Gilles Roux et Tristan Segonds. Alors qu’ils travaillent sur le financement par la dette d’un LBO, Thomas Hermetet, chez HPML, planche sur son financement en equity. Entre les avocats des deux structures, le courant passe. Lors de la clôture de l’opération dans les bureaux d’un grand cabinet d’affaires anglo-saxon, le projet de fusion naît. Il sera acté fin novembre et réalisé au mois de mai. "HPML a fêté ses 20 ans en 2020, la réflexion sur la pérennité de la structure était incontournable. Cependant, nous ne cherchions pas particulièrement à réaliser une opération de cette ampleur, raconte de son côté Nada Sbaï, qui codirige à présent à la nouvelle structure avec Catherine Nahmias-Ferrandini. Rencontrer l’équipe de Mermoz a été une révélation, nous avons tous été convaincus de l’opportunité de réunir nos deux cabinets." Aux méthodes de travail partagées et aux valeurs communes s’ajoute une clientèle parfois identique : "Au contraire, nous partagions déjà quelques clients qui nous sollicitaient de façon alternative sur tel ou tel deal", confirme Tristan Segonds. Même génération d’avocats, une envie commune d’aller loin et un esprit d’entreprise dominant : HPML est prêt à renoncer à son nom, Mermoz Avocats à la rue qui l’a vu naître.

Se serrer les coudes

C’est donc un cabinet fort d’une cinquantaine d’avocats qui vient bousculer le marché. Son modèle a déjà montré une belle performance : une locomotive constituée du corporate/M&A et qui réunit 25 avocats, autour de laquelle gravitent des équipes représentées par au moins un associé offrant un savoir-faire en droit social, fiscal, antitrust, restructuring, financement et IP/IT. Si l’activité transactionnelle est majeure, le contentieux bénéficie d’une place d’honneur, qu’il s’agisse des poursuites pour entente, pour pratiques commerciales trompeuses, concurrence déloyale, des procédures collectives, des litiges de propriété intellectuelle ou encore des litiges prud’homaux et fiscaux (jusqu’au contentieux fiscal pénal). Sur le site du cabinet, la liste de deals réalisés s’allonge au fil des semaines : LBO secondaire d’Arcado, prise de participations de 21 Invest et Edukea dans Isupnat, LBO de Tikehau Ace sur les établissements Visco, LBO secondaire d’Amundi mené par Cyllene, achat par le Groupe Bertrand des enseignes Anhja, Poké Thaï et Monkey Market, acquisition d’Inqom par Visma, cession du Happytal à La Poste, prise de participations d’Unigrains dans le groupe Carambelle, LBO du groupe Adit mené par Sagard, acquisition par CTP Group Environnement de PLM Équipements… ne sont que quelques exemples des opérations menées rien qu’entre juillet et septembre.

Les dossiers comprenant une dimension internationale ou traités pour des clients étrangers constituent une partie importante de l’activité de l’équipe corporate/M&A, comme c’était déjà le cas auparavant : environ 25 % à l’heure actuelle. Les associés ont tissé leur réseau de partenaires depuis bien longtemps, à l’image de Tristan Segonds qui a conservé les contacts qu’il a noués lorsqu’il était à Londres chez Intel Capital. "Notre tissu de best friends est informel car nous avons besoin de souplesse pour sélectionner le bon contact correspondant aux besoins de chaque client", explique Gilles Roux. Ce qui n’exclut pas la fidélité, à commencer au sein de l’équipe d’avocats du cabinet. "En huit ans, nous n’avons connu aucun départ", se félicite Tristan Segonds. Avant de poursuivre, de concert avec ses associés, sur l’importance du bien-être au travail chez Mermoz Avocats. "Former, travailler ensemble, se serrer les coudes sans se soucier de la hiérarchie, parler librement, critiquer : nous attachons une grande importance à l’ambiance", souligne Nada Sbaï en guise de conclusion. Une préoccupation d’autant plus importante qu’à partir de la fin du mois d’octobre, la cinquantaine de personnes qui forment Mermoz Avocats se réuniront au 45 rue de Courcelles dans le 8e arrondissement de Paris.

Pascale D’Amore

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS