Une pratique private equity solide, l’arrivée d’une associée en M&A pour compléter le savoir-faire des équipes… Ces derniers mois, le cabinet Scotto Partners a montré qu’il savait composer avec les nouvelles tendances du marché. Isabelle Cheradame, Claire Revol-Renié et Coralie Oger, les trois femmes parmi les six associés du cabinet, nous racontent.

De nombreux recrutements, un déménagement imminent… Interrogez Isabelle Cheradame, Claire Revol-Renié et Coralie Oger, elles vous diront que “le Scotto 2022 est plus vivant que jamais”. Scotto Partners, c’est une histoire qui dure depuis 1996. À l’époque, le cabinet est précurseur en private equity et management package. Lionel Scotto Le Massese cible le conseil des dirigeants, “fait jurisprudence sur la place parisienne dans cette matière”, retrace la managing partner du cabinet Isabelle Cheradame. Avec les années, la pratique s’est élargie. L’enseigne a évolué, atteint la parité en mai 2021. La spécialiste du M&A Coralie Oger a rejoint Isabelle Cheradame et Claire Revol-Renié, des “Scotto girls” depuis vingt ans, et les trois autres associés, Lionel Scotto Le Massese, Jérôme Commerçon et Adrien Badelon. “Le M&A a toujours été présent en filigrane mais il devient, avec l’arrivée de Coralie, un pilier du cabinet”, se réjouissent ses consœurs.

Approche one-stop-shop

C’était la branche maîtresse qui leur manquait : les deals de private equity explosent, de nouvelles tendances se dessinent sur le marché. “Il y a de plus en plus de binômes private equity-M&A, car les deux practices se retrouvent dans toutes sortes de deals ces derniers temps. Il y a un véritable enjeu à retenir et développer l’entrepreneuriat français par le biais de l’élargissement de l’actionnariat et du partage de la création de valeur ”, explique Isabelle Cheradame. La philosophie du cabinet, elle, est restée inchangée : être la boîte à outils des dirigeants, avant une opération, pendant ou en sortie, avec une approche one-stop-shop offrant toutes les compétences corporate, fiscales et sociales dont ont besoin les dirigeants. Il y a les groupes stratégiques qui, pour accueillir des talents, commencent à créer des management packages. Ceux qui souhaitent se développer et ouvrent leur capital au private equity. Les start-up en croissance, qui basculent vers le private equity au lieu de passer par des levées de fonds. Les avocats sont là “pour faire du sur-mesure, pour trouver de nouvelles solutions pour leurs clients”, nous dit en somme Claire Revol-Renié. “Nous pouvons accompagner un dirigeant pour toutes les options qui lui sont offertes”, abonde Coralie Oger.

"Il faut être dealmaker"

En 2021, le cabinet a connu sa meilleure année. La recette du succès ? Un positionnement clair, d’abord : les clients sont uniquement des entrepreneurs et des fondateurs de sociétés ou grands groupes et non des fonds d’investissement. Les associés tiennent à conserver cette indépendance. Ensuite, c’est un savant mélange de fibre entrepreneuriale – “il faut être dealmaker”, insiste la managing partner –, de maîtrise des sujets, de pragmatisme et d’inventivité. Et une place importante à l’étranger : le cabinet est en mesure de faire des deals internationaux, sans aucun contact avec la France. Il y a eu, récemment, un dossier germano-anglais et soumis au droit anglais, un dossier américano-belge et soumis au droit luxembourgeois ou encore un autre qui portait sur la création de management packages pour une entreprise en Chine. “On est là pour écouter et créer ce que veulent faire nos clients”, résument les associées.

Le cabinet a réussi à proposer une offre qui s’adapte aux nouvelles tendances du marché. Pour maintenir le cap, les avocats réfléchissent à de nouvelles associations, en interne ou en externe, en M&A, private equity, fiscal ou social. Ils tiennent également à soigner la formation de leurs collaborateurs : “L’objectif est qu’ils deviennent encore meilleurs que nous. On a envie de leur donner envie”, confient les avocates. Ce qui passe aussi par l’humain, ajoute Coralie Oger, car “si on prend véritablement en compte la dimension humaine, on a fait 70 % du management”.

Olivia Fuentes

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS