Morgane Le Hir, Joseph Hazan, Sophie Rey-Gascon et Margot Pugliese s’associent pour créer Le 52, un cabinet exclusivement dédié à la défense pénale.

Quatre avocats, aux parcours en droit pénal commun, unissent leurs expertises en la matière pour lancer Le 52. L’offre de la structure se consacre à tous les domaines pénaux : le droit pénal général, des affaires, fiscal, international, de l’environnement ou encore de la presse. « Nous avons choisi de mettre en commun nos compétences respectives pour développer notre propre marque selon notre manière d’exercer », explique Joseph Hazan, l’un des associés et ancien secrétaire de la Conférence.

Avocats de palais

Par son positionnement, Le 52 a vocation à conseiller un profil de clients variés, allant des personnes physiques aux entreprises. L’équipe intervient à tous les stades de la procédure pour assister mis en cause et victimes, que ce soit en garde-à-vue, au cours d’une instruction, devant le tribunal correctionnel et la cour d’assises. Le cabinet intervient également dans le cadre de l’exécution et de l’aménagement de la peine et se consacre à la défense des droits des détenus. Des cabinets d’avocats font par ailleurs appel à l’expertise du 52 pour du conseil en stratégie judiciaire dans leurs dossiers de défense pénale ou sur des questions de procédure pénale appliquées au monde des affaires. « Nos expériences respectives nous ont permis d’acquérir une connaissance aiguisée du fonctionnement de la machine judiciaire et du juge, illustre Margot Pugliese, également ancienne secrétaire de la Conférence. Nous sommes des avocats de palais ». Si la majeure partie de l’activité du cabinet se concentre sur le droit pénal général, elle tend à s’équilibrer de plus en plus avec le droit pénal des affaires.

Les quatre associés sont entourés de deux avocates collaboratrices et de deux stagiaires pour leur prêter main forte : « Il y a une évolution notable de la procédure pénale. Dans certains dossiers où le contentieux est particulièrement technique et à enjeux, la pression médiatique est forte et la défiance vis-à-vis des magistrats marquée », relève Joseph Hazan. « La pénalisation du monde des affaires est évidente, les cols blancs ont de plus en plus recours à des pénalistes qui connaissent le monde judiciaire », poursuit Margot Pugliese. De quoi donner du grain à moudre à la jeune structure. La période de confinement n’a par ailleurs pas interrompu l’activité du cabinet dans la mesure où ses avocats ont été consultés en matière de prolongation de la détention provisoire ou encore dans le cadre de contentieux d’application des peines.

Marine Calvo

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail