En accueillant trois nouveaux associés en très peu de temps, le cabinet affirme sa volonté de proposer à ses clients une forte pratique de la restructuration d’entreprises et du droit social.

Si les mouvements d’associés sont fréquents sur le marché des avocats, peu nombreux sont les cabinets à pouvoir en attirer trois en provenance de maisons diffé­rentes. C’est ce que vient de réaliser De Gaulle Fleurance & Associés qui atteint du même coup deux de ses objectifs : se constituer une solide pratique du restructuring et consolider son pôle social.

 

UN BINÔME AU SPECTRE D’INTERVENTIONS LARGE

« Notre mission est de faire passer notre nouvelle structure à l’étape supé­rieure en matière de restructuring », explique Julien de Michele. Pour l’avocat, qui a passé neuf ans chez Bredin Prat avant d’intégrer Dewey LeBoeuf puis Latournerie Wolfrom & Associés, le restructuring doit être considéré comme une pratique à part entière, au carrefour du cor­porate et du contentieux. Il a fait ses armes sur des dossiers comme Meta­leurop, Flodor, Moulinex, la reprise avortée du groupe d’audiovisuel Carrere, ou plus récemment celle du fabricant de panneaux solaires Photowatt ou la cession Hédiard. Avec Anker Sorensen, il forme un binôme d’experts au spectre d’inter­ventions large, dont les extrémités ne se recoupent que très peu. Alors que le premier a fait ses armes en conten­tieux, le second appartient à ces avo­cats impliqués dans des opérations de restructuring depuis le début des années 1990 et qui les traite essen­tiellement sous l’angle du corporate. L’ancien associé de Reed Smith est ainsi reconnu en matière de distressed M&A. Avocat au barreau de Paris depuis vingt-six ans, de nationalité danoise, il a connu plusieurs dossiers de fermeture de sites, suivis pour cer­tains de contentieux en co-emploi. Il intervient souvent très en amont des situations de crise et considère que l’assistance de Julien de Michele en cas de litige est un atout détermi­nant dans la préparation et le dérou­lement de ses dossiers. « Pour assurer un service complet depuis la naissance des tensions jusqu’à leur dénoue­ment devant les tribunaux, nous avons besoin de deux têtes, explique Anker Sorensen. »

 

COMPLÉMENTARITÉ

Cette complémentarité est ren­forcée par l’arrivée de Myriam Delawari-de Gaudusson qui inter­vient sur le volet social de leurs dossiers. Son attachement à la sau­vegarde des intérêts de l’entreprise a fait sa réputation lors des restructu­rations qu’elle a été amenée à gérer. La nouvelle associée, qui se penche aussi sur l’ensemble des aspects du droit social et dans les matières de niche qui le composent (schémas d’optimisation de charges sociales, mais aussi actionnariat et épargne salariale, mobilité et protection sociale complémentaire), perçoit ce changement de maison comme une opportunité : « Mon arrivée s’explique par la soif de développer une clientèle industrielle internatio­nale et la possibilité de travailler avec de nombreux autres départements et par secteurs d’activité », explique l’ancienne partner de chez Scotto & Associés.

Les trois nouveaux associés intègrent une équipe d’une quinzaine d’avo­cats, six spécialistes du restructuring et une dizaine du droit social, dont Thierry Gillot. L’opportunité ne peut pas être la seule explication de cette réussite.

 

Pascale D'Amore

 

Légende : (de g. à dr.) Anker Sorensen, Myriam Delawari-de Gaudusson et Julien de Michele.

© Pascale D’Amore

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDE ET CLASSEMENTS