Janet Yellen, Antony Blinken, Tef Kaufman, Ron Klain...Le successeur de Donald Trump peut se reposer sur une équipe compétente qui maîtrise les dossiers techniques tout en étant bien implantée sur le terrain. Voici quelques personnalités qui joueront probablement un rôle central dans les années à venir.

Janet Yellen, 74 ans, secrétaire du Trésor

Saluée par Wall Street et par l’aile gauche du parti démocrate, la nomination de Janet Yellen au poste de directrice du Trésor fait l’unanimité en cette période trouble. Il est vrai que celle qui a pour tâche de relancer l’économie américaine, frappée de plein fouet par la crise sanitaire, a un parcours professionnel qui offre des garanties certaines. Diplômée de Yale, directrice de la FED entre 2014 et 2018, elle maîtrise à la perfection l’art délicat des plans de relance et de la politique monétaire. Bien que keynésienne revendiquée, son action est reconnue par les équipes économiques de l’administration Trump qui ont déjà commencé la passation de pouvoir. Janet Yellen, née à Brooklyne dans une famille d’origine juive polonaise, est également l’épouse de George Akerlof, prix Nobel d’économie en 2001.

Ted Kaufman, 81 ans, chef de l’équipe de transition.  C’est le 20 janvier 2021 que Joe Biden prêtera serment et deviendra officiellement le 46e président des États-Unis. D’ici là, Donald Trump expédiera les affaires courantes tandis que son successeur préparera ses premières mesures, sans gouvernement pour l’épauler. Toutefois, Joe Biden pourra compter sur Ted Kaufman, un très proche qui, depuis le 7 novembre, est responsable de l’équipe de transition. Ce technocrate efficace a, entre 2009 et 2010, remplacé Joe Biden au poste de sénateur du Delaware. Homme de l’ombre, il aura forcément son mot à dire sur la nomination des membres de l’administration présidentielle. Le journal américain Politico loue son côté consensuel. Il peut se targuer du soutien de l’aile gauche du parti grâce à son action interventionniste pendant la crise de 2008, mais aussi de l’aile droite qui apprécie "sa modération politique".

Jim Clyburn, 80 ans, sénateur de Caroline du Sud. Si Joe Biden a remporté l’élection, il n’est pas exagéré d’affirmer que c’est en très grande partie grâce à Jim Clyburn. Remontons dans le temps : nous sommes fin février 2020, trois États (l’Iowa, le New Hampshire et le Nevada) ont déjà choisi leur candidat démocrate. Joe Biden est partout à la traîne et une défaite en Caroline du sud lui serait fatale. Heureusement, il peut compter sur le soutien de Jim Clyburn. Ce poids lourd du parti démocrate est représentant de l’État depuis 1992 et son influence est très forte sur la communauté afro-américaine qui compte pour 40% de l’électorat démocrate de cet ancien État confédéré. En appelant ouvertement à voter Joe Biden, en apparaissant à ses côtés, il offre au candidat les meilleures conditions pour rafler la mise. Ce qu’il fait avec la manière : 49% des suffrages. Une victoire éclatante qui relance l’ancien-vice-président de Barack Obama et lui permet, de sortir vainqueur du super Tuesday, le 3 mars. La suite, on la connaît.

"Chiffres à l'appui, Gretchen Whithmer a contesté la gestion de la crise sanitaire par Donald Trump"

Gretchen Whitmer, 49 ans, gouverneure du Michigan. En 2016, Donald Trump devait en grande partie sa victoire au basculement dans le camp républicain des États de la Rust Belt : Ohio, Wisconsin mais surtout Michigan remporté avec 0,3% d’avance. Si quatre ans plus tard, il reste en tête dans l’Ohio, le Michigan redevient démocrate. Pour certains observateurs, Gretchen Whitmer y est pour beaucoup. Élue gouverneure démocrate du Michigan en 2018, elle se fait connaître en attaquant, chiffres à l’appui, Donald Trump sur sa gestion de la crise sanitaire. Ce qui lui vaut des menaces d’enlèvement de la part de groupuscules d’extrême droite. Dans son État, mais aussi à l’échelle nationale, ses réquisitoires rigoureux et implacables ont permis de récolter un nombre non négligeable de voix. Gretchen Whitmer connaît bien les arcanes de la politique fédérale puisque, entre 2006 et 2015, elle a été représentante et sénatrice du Michigan. De quoi lui valoir un poste clé à Washington dès janvier 2021 ? C’est probable.

Antony Blinken, 58 ans, Sécrétaire d'Etat des Etats-Unis. Antony Blinken est sans aucun doute un nom dont on entendra parler sous la présidence Biden. Ce haut-fonctionnaire de 58 ans, expérimenté et diplomate jouera un rôle de premier plan dans les années à venir. Ce chantre du multilatéralisme prend la tête de la diplomatie américaine. Parfaitement francophone (il a passé sa jeunesse dans l’Hexagone), Antony Blinken est sûrement le responsable démocrate le plus capé en matière de diplomatie. Il commence sa carrière sous Bill Clinton aux postes d’assistant spécial du président puis de plume du président avant de devenir le conseiller spécial sur les dossiers européens. Sous les années Bush, il occupe plusieurs postes haut placés au comité des Affaires étrangères du Sénat. Lors de la présidence Obama, Antony Blinken revient au centre du pouvoir puisqu’il est chargé de la sécurité nationale auprès du vice-président Biden avant d'être nommé secrétaire dÉtat adjoint des États-Unis.

Antony Blinken et Susan Rice sont deux spécialistes expérimentés sur les questions de diplomatie

Susan Rice, 56 ans, haut-fonctionnaire. Le profil de Susan Rice comporte quelques similitudes avec celui d’Antony Blinken. Comme lui, elle peut se targuer d’un profil de spécialiste des questions internationales. Comme lui, elle a mené une brillante carrière sous les administrations Clinton et Obama. Diplômée de Stanford, docteure en relations internationales à Oxford, elle a été conseillère de Bill Clinton sur les affaires africaines avant d’être promue secrétaire d’État adjointe aux affaires africaines. Avec Barack Obama, son parcours vers les sommets se poursuit puisqu’elle occupe les postes stratégiques d’ambassadrice auprès des Nations unies (2009-2013) puis de conseillère à la Sécurité nationale (2013-2017). Susan Rice s’est engagée très tôt au côté de Joe Biden et devrait, selon toute vraisemblance, jouer un rôle de premier plan dans la politique américaine.

Jen O’Malley Dillon, 44 ans, directrice de campagne. Quel plan de communication utiliser face à un adversaire bavard, qui occupe le terrain médiatique, multiplie les saillies et évite les débats de fond ? Pour Jen O’Malley Dillon campaign manager (poste équivalent à celui de directrice de campagne) de Joe Biden, il faut prendre de la hauteur se présidentialiser et éviter les propos non-rassembleurs. Une stratégie qui s’est avérée gagnante pour les démocrates. Jen O’Malley Dillon pourrait être récompensée par un poste de directrice de la communication du nouveau président.

Xavier Beccera, 62 ans, procureur de Californie. Le mandat Trump a été marqué par de nombreuses affaires judiciaires. Durant sa campagne, Joe Biden a affirmé à plusieurs reprises son intention de respecter l’État de droit. Le prochain ministre de la Justice aura donc un rôle de premier plan. Le favori pour occuper le poste est Xavier Beccera, avocat et représentant de Californie depuis 1993. Ce spécialiste des questions judiciaires connaît tous les rouages de la justice fédérale et possède une réputation d’incorruptible. En 2017, c’est lui qui a succédé à Kamala Harris au poste de procureur de Californie.

Lucas Jakubowicz

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS