OneLife est une compagnie d’assurance-vie basée au Grand-Duché de Luxembourg. L’entité est spécialisée en gestion patrimoniale, collective et individuelle. Marjorie Seminara et Anne-Karine Poligné-Genty, toutes deux responsables du développement pour le marché français, nous en disent plus sur leur offre et leur stratégie de développement.

Décideurs. Quels sont les avantages du Luxembourg en 2021 pour les investisseurs étrangers et notamment français ?

Marjorie Seminara. Le modèle luxembourgeois est fondé sur trois piliers. Le premier est la protection unique qu’offre le pays à un épargnant. C’est ce qu’on appelle communément le « triangle de sécurité » qui assure une vraie ségrégation des actifs de l’épargnant. De plus, l’investisseur bénéficie d’un super privilège : l’épargnant détient une créance prioritaire vis-à-vis de l’assureur. En cas de problème, elle prévaut sur tous les autres créanciers, qu’ils soient salariés de la compagnie ou représentants de l’administration fiscale. Nous bénéficions donc d’un système de protection unique en Europe.

L'ouverture sur l’international est le deuxième pilier. Le cadre luxembourgeois offre une neutralité fiscale pour les non-résidents. En d’autres termes, la fiscalité applicable au souscripteur d’un contrat luxembourgeois est celle de son pays de résidence. Par ailleurs, un contrat doit pouvoir rester conforme en cas de relocalisation d’un client dans un autre pays. L’expertise internationale luxembourgeoise permet de bien anticiper afin d’accompagner le client au mieux dans son projet d’expatriation. Le dernier pilier est l’offre en matière d’investissement.

Vous travaillez en effet en architecture ouverte. Concrètement, pouvez-vous nous en dire plus sur votre fonctionnement chez OneLife ? 

Anne-Karine Poligné-Genty. Le contrat luxembourgeois permet d’accéder à différents types de compartiments. D’une part, un compartiment de gestion collective où l’on trouve les différents fonds externes proposés par l’assureur mais également des fonds internes collectifs (FIC) conçus à l’initiative de l’assureur, qui aurait identifié, en amont, une thématique intéressante auprès d’une société de gestion. Ils peuvent aussi être créés à l’initiative des CGP qui souhaitent offrir des fonds qui leur sont consacrés. Tous ces leviers nous permettent une large ouverture à différents types d’investisseurs.

D’autre part, nous proposons un compartiment de gestion individuelle composé de fonds internes dédiés (FID) et de fonds d’assurances spécialisées (FAS). Avec le FID, le souscripteur d’une assurance-vie chez OneLife peut déléguer la gestion de son contrat à une société de gestion de son choix. Là encore, l’univers d’investissement est très large. En effet, OneLife travaille avec 200 sociétés de gestion. En outre, nous ne fermons pas la porte à d’autres gérants si cela répond à un besoin client ou CGP. La liste n’est donc pas exhaustive et est amenée à évoluer. Enfin, le FAS est une solution idéale pour les clients souhaitant une offre totalement personnalisée tout en restant décideur de leur stratégie d’investissement.

Quel message souhaitez-vous adresser à vos partenaires CGP ?

M. S. On a souvent la fausse impression que l’assurance-vie luxembourgeoise est réservée à une élite, une clientèle fortunée. D’évidence ce n’est pas le cas. L’accès au FAS ou au FID est possible à partir de 125 000 euros. Nous cherchons à démocratiser notre offre assurance-vie pour la clientèle patrimoniale. Ce segment peut, lui aussi, diversifier ses actifs tout en bénéficiant de la protection luxembourgeoise.

"Nous cherchons à démocratiser notre offre assurance-vie auprès de la clientèle patrimoniale, avec les atouts du Luxembourg"

A.-K. P.-G. Nous proposons des contrats sur mesure pour les clients. Un CGP va pouvoir personnaliser les solutions qu’il va ensuite acter avec son client. Notre palette d’actifs financiers est très large. Par ailleurs, nos frais sont maîtrisés. Le family officer peut composer sa propre allocation à sa guise. Que ce soit dans l’univers des OPCVM, des ETF, du private equity, des titres vifs ou des fonds immobiliers, le champ des possibles est très large. Ainsi, le CGP n’a plus à s’inquiéter d’un pré-référencement impulsé par la compagnie d’assurance.

Quelle est votre plus-value sur le marché transfrontalier ?

A.-K. P.-G. Sur le marché européen, nous travaillons dans le cadre de la libre prestation de service. Nous avons plusieurs marchés d’expertise en Europe. Principalement, les marchés espagnol, portugais, belge, français mais aussi le Danemark, la Finlande et la Suède. Sur ces différents territoires, nous avons développé un contrat spécifique en parfaite adéquation avec les exigences réglementaires et fiscales du pays, ce qui nous permet d’offrir une « approche multi-locale ». Notre contrat d’assurance-vie luxembourgeois OneLife est par ailleurs portable en cas de relocalisation.

Quelles sont vos ambitions chez OneLife pour 2021 sur le marché français ?

M. S. Nous souhaitons doubler notre collecte sur le marché français. L’année 2021démarre plutôt bien. Nous voulons continuer à apporter un service de qualité tout en progressant sur les outils digitaux mis à la disposition de nos partenaires. Comme partout ailleurs, 2020 a marqué un tournant numérique. Les souscriptions digitales ont explosé par rapport à ce qui se faisait avant. Certes, la crise sanitaire a largement favorisé cette augmentation. Nous pensons que le phénomène digital est structurel.

"Nous pensons que le phénomène digital est structurel"

A.-K. P.-G. Pour rester sur cette dimension technologique, OneLife a développé une valorisation quotidienne des FID et des FAS. Désormais, les valeurs quotidiennes de ces véhicules sont disponibles sur notre site sécurisé à destination de nos partenaires ainsi que dans les agrégateurs. Nous sommes partenaires de onze banques dépositaires avec lesquelles nous travaillons main dans la main aujourd’hui. C’est une véritable innovation. Nous sommes parmi les premiers à le faire.

M. S. Nous avons plusieurs FIC disponibles dans notre univers dédié aux unités de compte. Nous avons lancé en début d’année un nouveau FIC équilibré 100 % ETF, élaboré en partenariat avec la société de gestion First Trust et disponible à toute typologie de souscripteurs à partir de 100 000 euros.

A.-K. P.-G. Nous souhaitons continuer à être force de proposition sur ces FIC. Nous lancerons d’ailleurs cette année encore de nouveaux véhicules thématiques qui complèteront notre offre.

 

Propos receuillis par Bertrand Dubourg

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS