Le marché de la restauration à table reprend son essor. Thibault Darsy, Global HRBP de TheFork, décrit les enjeux de recrutements à venir pour la plateforme de réservation en ligne et l’impact de la crise sanitaire sur la fonction RH.

Décideurs. Vous avez annoncé en octobre la création de 400 postes dont 200 développeurs. Qu’attendez-vous de cette campagne de recrutement ?  

Thibault Darsy. Durant la crise sanitaire, nous avons pris le temps de réfléchir aux prochaines étapes de notre structure. Entre autres, nous lançons une offre pour le paiement en ligne afin d’améliorer à la fois l’expérience de nos partenaires restaurateurs et celles des utilisateurs.  L’implémentation de cartes cadeaux constitue également l’un de nos projets. Le secteur se porte de nouveau bien et nous nécessitons de nouvelles recrues pour accompagner notre croissance et participer à notre projet. 

Le marché de l’emploi est dit "tendu", quelles sont vos stratégies afin d’attirer des nouveaux talents ? 

Durant la crise beaucoup ont réfléchi au sens de leur fonction, à des projets de vie différents, en dehors de Paris souvent. La rémunération ne peut plus constituer le seul levier d’attrait des talents. TheFork a la chance d’être implanté dans 13 pays. Au sein de la guerre des talents, pouvoir embaucher un peu partout en Europe et permettre la mobilité des équipes représente un atout de force. Nous travaillons également sur notre marque employeur afin de laisser plus de place au partage d’expérience de nos collaborateurs. Une vigilance particulière est également portée à la parité. Si certaines fonctions continuent à être davantage représentées par des hommes ou des femmes, nous essayons de conserver un équilibre. Lorsque nous recrutons, 10% des CV proviennent de l’interne via une politique de cooptation. Cela témoigne de l’épanouissement de nos équipes. 

"25 % des CV proviennent de l’interne via une politique de cooptation"

Quelles sont les qualités recherchés chez les nouvelles recrues ? 

De l’expérience et un certain état d’esprit. Nous ne recrutons pas sur le diplôme mais sur ce que les gens ont réalisés et souhaitent faire. L’égalité des chances représente une de nos valeurs phares, le background académique n’est pas ce que nous regardons le plus. Nos équipes sont formées de profils sociaux très différents. L’adaptation à notre culture d’entreprise représente la qualité principale recherchée chez nos nouvelles recrues. 

La crise a-t-elle engendrée de nouveaux impératifs pour les fonctions RH ? 

Le travail en distanciel, la virtualisation des échanges ont constitués des défis de taille. Nous devons à présent réfléchir à la façon de maintenir la place de l’humain au sein de l’entreprise au quotidien. Il est impératif de conserver la dimension informelle des relations, établir une dynamique de groupe. "Nous sommes meilleurs ensemble" n’est un plus une simple raison d’être mais, suite la crise, un réel constat. "Dématérialiser le capital humain" tout en le maintenant au centre de l’organisation, voilà notre challenge. 

Propos recueillis par Elsa Guérin 

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDE ET CLASSEMENTS