Charlène Nespoulous, associée chez Alta Patrimoine et présidente de Nespoulous Gestion Privée, rayonne d’énergie et d’ambition. Héritière de l’âme entrepreneuriale de ses grands-parents, elle fourmille de projets. Son pays, l’Aveyron. Sa vie : le cheval.

 

À l’âge où vous gribouilliez des œuvres d’art abstrait dans le salon familial en couche-culotte, son grand-père la faisait monter à cheval. Pendant que vous regardiez Les Chevaliers du Zodiaque dans le canapé parental le samedi matin, ou qu’en vacances vous faisiez trempette à La Croix-Valmer, Charlène sautait des obstacles en compétitions équestres. "Ce n’est pas une passion, mais un mode de vie", explique celle qui désormais fait de l’élevage. Son ancienne jument de concours, répondant au doux nom de Toscane, a donné naissance à My Love de Sorella en 2022, pouliche vouée elle aussi au concours dans quelques années, après un passage probable en reproduction. Toscane devrait mettre au monde un autre poulain en 2023 dans le haras où elle vit. "Je dis à tout le monde que je vais les collectionner", s’amuse l’Aveyronnaise qui leur concocte secrètement une carrière sportive.

Quant à la sienne, ayant toujours voulu faire du conseil patrimonial, la ligne était toute tracée. Des études en droit civil et notarial à l’Université de Clermont-Ferrand la mènent aux masters droit des affaires et droit fiscal de Toulouse. À la besogne dans une étude notariale, dont elle perçoit les limites, Charlène suit la recommandation d’une notaire inspirée, en postulant chez Financière du Capitole. Elle y rencontre Jean-Luc Delsol qui, en véritable tuteur, lui met le pied à l’étrier en lui "apprenant tout" de la gestion de patrimoine, en particulier le volet financier jusqu’alors assez nébuleux pour la juriste fiscaliste. Après plus de quatre ans d’humbles et loyaux services toutefois, la trentaine arrosée, elle aspire à devenir associée, ce qu’elle fait en rachetant 20 % d’Alta Patrimoine. Mais rien ne l’avait préparée au tsunami de l’entrepreneuriat, cette nage incessante à contre-courant. Avec Nespoulous Gestion Privée, sa propre structure, elle enfonce le clou et signe le début d’une totale indépendance.

 

Après plus de quatre ans d’humbles et loyaux services toutefois, la trentaine arrosée, elle aspire à devenir associée

Cette implication professionnelle entraîne cependant des conséquences équines : fini le temps où Charlène pouvait allègrement chevaucher sa monture en semaine ou risquer de se blesser en compétition. Elle s’est ainsi mise à la course à pied, en substitution. Son premier objectif : le semi-marathon. Car, de la même manière qu’elle ne se hisse pas sur Toscane pour aller se promener en forêt et humer le humus en robe d’été et chapeau de paille, elle ne court pas pour courir. À cheval sur le but et la performance, elle se fixe des objectifs et doit les atteindre. "C’est ce qui me fait avancer", souligne celle qui "regarde des vidéos de chevaux tous les jours."

Très admirative de Christine Lagarde, de son parcours et de sa vision, Charlène refuse d’être féministe, mais ne montera jamais sur ses grands chevaux pour vous l’expliquer. Elle admet volontiers que, dans le métier qu’elle exerce, "c’est un avantage indéniable d’être une femme, tout passe mieux." Avec simplicité et franchise, avec le sourire mais sans fioritures. Une sérénité renforcée par le "miracle morning" dont elle suit les principes et qui a, selon ses dires, changé sa vie. Eh oui, à l’heure où vos rêves vous bercent encore, Charlène médite, parle à haute voix, visualise, s’étire, lit et pose sur le papier le déroulé de sa vie.

 

Marc Munier

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail