Décryptage. Cette étude établit “un suivi des investissements climat qui permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre mais aussi des investissements fossiles, dans leur production, leur distribution et leur consommation, qui retarde la transition”, explique en préambule Maxime Ledez, chargé de recherche - investissement climat. Un travail nécessaire pour éclairer une transition qui est désormais l’affaire de tous en engageant pouvoirs publics, entreprises et ménages. Ces acteurs concernés par ce virage revêtent des préoccupations multiples : environnementales, pécuniaires et/ou réglementaires pour certains, politiques pour d’autres. Une prise de conscience qui se matérialise de manière sonnante et trébuchante.
 
2021, l’éclosion
 
En 2021, les investissements climat se sont élevés à hauteur de 84 milliards d’euros, soit 3,6% du PIB national. Leur fulgurance s’explique par de multiples facteurs. D’une part, la levée des restrictions sanitaires a permis la reprise économique. En effet, les chantiers étant à l’arrêt lors du premier confinement, plusieurs projets n’ont pas pu émerger, à l’image des installations de production d’énergies renouvelables, ou encore des constructions neuves respectueuses des nouvelles réglementations environnementales. D’autre part, la prise de responsabilité de l’État, succédant à un certain laxisme en la matière, s’est traduite par un financement des dépenses énergétiques. Ainsi, les ménages ont bénéficié de 5,1 milliards d’euros de subventions et de 1,8 milliards d’euros supplémentaires de prêts par rapport à 2020. Ces dispositifs, tels que MaPrimeRenov’ et les éco-prêts à taux zéro, ont incité les particuliers à entreprendre des travaux pour la rénovation énergétique des logements. L’État a également contribué au financement de l’optimisation des parcs tertiaires des investisseurs et augmenté le bonus écologique dans les transports ainsi que ses subventions à la SNCF.
 
Winter is coming
 
Résultat post-Covid, les investissements climat ont dépassé de 22 milliards d’euros les investissements en énergies fossiles. Toutefois, à y regarder de plus près, sabrer la bouteille de champagne semble encore prématuré. En effet, ce score de 2021 s’explique en majorité par le recul des immatriculations de véhicules thermiques, en chute continue de 18% pour les trois premiers semestres de 2022, mais aussi par le ralentissement des flux aériens. Or, cette accalmie troposphérique n’aura que la durée d’un moyen-courrier. Pour contrer leur immobilisation durant la crise sanitaire, les aéroports de Paris ont prévu d’injecter 100 à 350 millions d’euros dans leurs investissements annuels. Dans la même lignée, les compagnies aériennes augmenteront leur budget d’investissement pour la refonte de leurs flottes. La guerre en Ukraine vient également tout chambouler, ouvrant même la voie à la remise en service de mines à charbon que l’on pensait reléguées au rang de fantômes du passé. La flambée des prix énergétiques et le renchérissement des matériaux inscrivent certains acteurs, dont les ménages et les petites entreprises, dans une direction courtermisme, voire survivaliste. L’idée étant de pouvoir répondre aux besoins immédiats sans penser à amorcer une véritable trajectoire responsable ou RSE. Cette allocation énergivore des dépenses réduit par ailleurs les éventuelles projections d’entreprendre et de financer des travaux d’optimisation énergétique. En somme, l’extinction des feux du plan de relance en 2022 éloigne la probabilité d’investissements des différents acteurs.
 
In fine, ce “petit pas” des investissements climat de 2021, bénéficiant du résiduel des activités 2020, devra être suivi d’un “bon de géant pour l’humanité” pour atteindre l’objectif européen de la neutralité carbone à horizon 2050. Maxime Ledez précise que “le niveau des besoins d’investissement dépend du scénario de transition auquel on se réfère” parmi ceux prévus par l’Ademe et “représente des choix de société très contrastés”. Ainsi, l’enveloppe supplémentaire est estimée entre 10 et 30 milliards d’euros, en allant du mode de consommation le plus sobre à une consommation stabilisée par le progrès technique. Nous sommes encore loin du compte.

 

Maureen Nugent

 

Source : Panorama des fnancements climat 2022

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail