Alors qu’on lui prête d’avoir été sondée pour le poste de Premier ministre, Véronique Bédague aurait décliné la proposition, restant fidèle à Nexity. Retour sur un parcours marqué par la politique, le social et l’immobilier.

Originaire de Wavrans-sur-l'Aa et diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris, de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec) et ancienne élève de l’École nationale d’administration, promotion Jean Monnet, Véronique Bédague a mené une carrière de haut fonctionnaire qu’elle commence en 1994 en qualité d’économiste au Fonds monétaire international (FMI) à Washington. De 2000 à 2002, elle poursuit dans cette voie en tant que conseillère de Laurent Fabius, alors ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie. Elle exerce ensuite comme directrice des finances de la Ville de Paris, avant d’endosser les fonctions de secrétaire générale de la Ville de Paris sous Bertrand Delanoë entre 2008 et 2014. Véronique Bédague devient ensuite directrice de cabinet du Premier ministre, Manuel Valls avant de rejoindre le groupe Nexity en 2017 en tant que secrétaire générale et membre du comité exécutif.

Conviction et engagement

En 2019, la Nordiste est promue directrice générale déléguée du groupe, chargée du pôle client entreprise et collectivité, en 2020 du pôle client institutionnel. En mai 2021, Nexity officialise sa nomination en tant que directrice générale. Une prise de fonction qu’elle commente, se disant "prête à porter Nexity vers demain, avec force et conviction" et saluée par Alain Dinin, président du conseil de Nexity qui entend accompagner la nouvelle directrice générale et son équipe "dans le développement de nos modèles et dans un nouveau cycle de croissance porté par le bas carbone, les services et l’innovation pour s’adapter aux modes de vie et de travail de demain".

Véronique Bédague envisage le logement comme "un bien de première nécessité"

Sensible aux problématiques liées au développement durable, Véronique Bédague a la conviction que les promoteurs ont besoin de densifier en hauteur pour supporter le coût des bâtiments bas carbone. La directrice générale entrevoit la ville de demain comme inclusive et envisage le logement comme "un bien de première nécessité", une conviction "inscrite dans l’ADN de Nexity". Elle plaide d’ailleurs, dans une tribune du JDD, pour un ministère régalien de la Ville de demain plutôt qu’un ministère du Logement. Une tribune politique, militante, égalitaire.

Compte de faits

Avec 4,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 1,5 milliard d’euros de prises de commande en 2020, plus de 8 500 collaborateurs et un million de clients particuliers, Nexity affiche des statistiques éloquentes et fait figure de référence dans le paysage immobilier français. Des chiffres vertigineux qui n’empêchent pas le groupe de rester fidèle à son engagement envers ses clients, la ville et l’environnement, ce qui lui vaut de camper à la première place du classement de l’association BBCA pour le développement du Bâtiment bas carbone. À ce sujet, Véronique Bédague commente : "C’est une grande fierté pour Nexity d’être à nouveau reconnu premier promoteur français bas carbone en nombre d’opérations ! Le défi majeur est devant nous, celui de faire une ville bas carbone abordable. Et pour cela, il faut faire baisser son coût." Approchée par l’équipe d’Emmanuel Macron en mai 2022 pour le poste de Premier ministre, Véronique Bédague aurait répondu défavorablement. Une nouvelle preuve, s’il le fallait, de son implication totale chez Nexity.

Alban Castres

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDE ET CLASSEMENTS