L’équipe corporate du bureau parisien de Herbert Smith Freehills s’illustre sur des dossiers M&A d’envergure auprès de grands groupes à dimension internationale. Hubert Segain, responsable de la pratique en France, revient sur les moments marquants de l’année et la stratégie du cabinet.

Décideurs. Comment le marché du M&A a-t-il évolué en cette année 2021 ?

Hubert Segain. Nous constatons que l’activité des fusions et acquisitions est bel et bien de retour avec une excellente remontée en France au cours des dix derniers mois dans l’ensemble des secteurs. Malgré la crise, l’activité ne s’est jamais tout à fait arrêtée bien qu’elle ait été ralentie au cours du premier semestre 2020. Cependant, avec les résultats de ce premier semestre 2021, le marché promet d’excellents résultats et même une année record comparativement aux années 2018 et 2019.

Les secteurs qui se démarquent en ce moment sont les secteurs des télécommunications, de la consommation ainsi que les secteurs de l’industrie et de la chimie. À titre d’exemple, le secteur des télécommunications enregistre plus de 570 opérations potentielles identifiées par MergerMarket.

Le volume de transactions en fusions et acquisitions a également continué à croître puisque le premier semestre 2021 a enregistré un total de 4 691 opérations dans la région EMEA, soit une augmentation de 9 % par rapport au deuxième semestre 2020 et une hausse de 42 % comparativement à l’an dernier.

Après avoir renforcé votre équipe ces dernières années, souhaitiez-vous développer vos activités en marchés de capitaux et du private equity. Où en est votre offre sur ces sujets ?

Notre équipe Corporate poursuit son développement avec l’arrivée de plusieurs collaborateurs seniors et juniors sur cette année 2021. La pratique compte désormais une vingtaine d’avocats incluant quatre associés, dont Frédéric Bouvet, Edouard Thomas, Christopher Theris et moi-même, et deux of counsels avec ­Laurence Vincent et Cyril Boulignat. En complément de cette équipe Corporate générale, notre cabinet parisien compte une équipe spécialisée en fusions-acquisitions dans le domaine des énergies intervenant notamment sur des dossiers en France et en Afrique.

Nous pouvons également souligner le fait que notre pratique marchés de capitaux se développe tout autant à la suite de belles interventions cette année telles que notre accompagnement auprès de Latécoère dans le cadre de l’augmentation de son capital de 222,4 millions d’euros, ou encore notre assistance à EasyJet dans le cadre du lancement d’une augmentation de capital auprès de ses actionnaires pour un montant total d’environ 1,4 milliard d’euros.

Concernant le développement de notre pratique private equity, même si nous sommes particulièrement actifs dans l’accompagnement des fonds en infrastructure, nous y travaillons toujours et recherchons des profils juniors et seniors pouvant s’inscrire dans ce que nous proposons déjà afin d’être toujours plus compétitifs face à un marché de plus en plus exigeant.

"Les missions qui nous ont été confiées sont des missions d’envergure qui démontrent une confiance du marché et un appétit des entreprises à investir où à se réorganiser"

Votre pratique d’aide à la gouvernance constitue-t-elle un atout pour le M&A ?

Oui, car nous considérons que la gouvernance fait partie intégrante de la vie des entreprises et de leurs dirigeants : notre offre en la matière constitue à notre sens l’un de nos atouts sur le marché français. Par ailleurs, conseiller nos clients sur des problématiques liées à la gouvernance d’entreprise nous permet non seulement d’être régulièrement en contact avec eux et de les fidéliser, mais aussi d’avoir une vue d’ensemble de leurs activités. Cela nous aide à rester au fait des problématiques auxquelles ils font face et d’accompagner les dirigeants et les comités exécutifs dans le cadre de leurs décisions stratégiques.

La pratique continue de se développer de manière assez stable, notamment du fait de la pression que subissent les émetteurs cotés sur l’ensemble des problématiques de RSE et nous restons mobilisés pour accompagner nos clients sur ces sujets.

Quels secteurs clés des entreprises votre pratique a-t-elle conseillé cette année ?

Nous continuons de conseiller un vaste portefeuille de clients français et internationaux sur des problématiques diverses et variées. Toutefois, si nous devions choisir des secteurs clés pour notre pratique, il s’agirait sans aucun doute des secteurs des nouvelles technologies et des télécommunications avec Capgemini et Cellnex Telecom que nous avons accompagné sur de nombreuses opérations de fusions-­acquisitions, le secteur de l’énergie avec des clients comme Engie ou Amarenco, le secteur bancaire et celui des assurances avec BNP Paribas ou encore Euler Hermes et le secteur immobilier avec Nexity et CBRE Property Management.

Nous restons toujours aussi optimistes face à l’année qui s’annonce, d’ailleurs notre équipe tourne à plein régime. Les missions qui nous ont été confiées sont des missions d’envergure qui démontrent une confiance du marché et un appétit des entreprises à investir où à se réorganiser.

Quelles sont les missions confiées qui ont marqué la vie du cabinet ?

Nous sommes intervenus une nouvelle fois sur d’excellents dossiers avec, notamment, notre assistance à Engie dans le cadre de la cession ainsi que la réorganisation préalable d’Equans, une société spécialisée dans les services multi-techniques à Bouygues pour une valorisation de 7,1 milliards d’euros, ou encore l’OPA de Veolia sur Suez sur laquelle nous avons assisté plusieurs actionnaires clés. Cette transaction se classe, d’ailleurs, parmi les OPA en cash les plus importantes en France au cours des dix dernières années.

Nous avons également conseillé BNP ­Paribas dans le cadre de l’acquisition par BNP Paribas de 100 % du capital de Floa, l’un des leaders français des paiements innovants, et de la mise en place d’un partenariat stratégique entre les groupes BNP Paribas et Casino.

De plus, nous conseillons régulièrement Cellnex Telecom sur des opérations de ­fusions-acquisitions, comme cela a récemment été le cas pour l’acquisition d’Hivory auprès d’Altice France et de Starlight Holdco (KKR) pour un montant de 5,2 milliards d’euros, auquel viendra s’ajouter un investissement supplémentaire de 900 millions d’euros sur huit ans (jusqu’à 2029) pour le déploiement de 2 500 nouveaux sites.

Nous avons également accompagné ­Renault dans le cadre de la création, avec Plug Power Inc., leader mondial des solutions hydrogène clé en main, de la coentreprise Hyvia, dédiée à la mobilité hydrogène.

"Ce qui nous intéresse, c’est moins de multiplier le nombre de missions que de véritablement créer une relation de confiance, pérenne, avec nos clients"

Votre clientèle a-t-elle évolué ? À quoi l’attribuez-vous ?

Notre clientèle n’a cessé de se diversifier au fil des ans, avec des clients historiques que nous accompagnons depuis des années avec notamment des industriels, des fonds d’infrastructure, des entreprises de services et des banques ainsi que de nouveaux clients qui nous ont rejoints plus récemment. Nous conseillons en outre un nombre croissant de sociétés cotées du CAC 40 et du SBF120.

Ce qui nous intéresse, c’est moins de multiplier le nombre de missions confiées que de véritablement créer une relation de confiance, pérenne, avec nos clients, afin de les aider au mieux au quotidien.

Par ailleurs, notre visibilité accrue a sans conteste elle aussi contribué à la diversification de notre clientèle, ce qui nous a permis d’être impliqués dans des projets que nous n’aurions pas pu traiter il y a quelques années de cela. En outre, nos activités ont elles aussi constamment évolué et, corollairement, la typologie de nos clients s’est également renouvelée.

Comment vos activités s’organisent-elles à l’international ?

Nous faisons partie d’un réseau qui nous permet de nous mobiliser, au besoin, de façon à la fois rapide et efficace. Malgré les changements réglementaires réguliers en lien avec les investisseurs étrangers, nous avons remarqué une augmentation d’opérations se réalisant à l’étranger par des entreprises françaises, et à l’inverse, des clients étrangers réalisant des opérations en France.

À titre d’exemple, nous avons récemment conseillé des clients dans des opérations ayant lieu au Japon, en Russie, en ­Indonésie, au Moyen-Orient, en Espagne ainsi qu’en Angleterre.

Cependant, bien que nous échangions régulièrement avec les autres bureaux du réseau, nous sommes très autonomes en termes de rétention et de développement de nos clients, ce qui, en plus de notre base solide de clients, nous permet même d’être exportateurs nets de nos clients à l’étranger.

Pour finir, j’ajouterais que nos équipes travaillent en totale coordination sur les opérations "cross-practices" dans un climat de confiance et de bienveillance. L’ambiance chaleureuse de notre bureau parisien a su attirer un bon nombre de jeunes collaborateurs en quête d’une belle courbe de progression. Nous essayons de nous rendre disponibles dès que nous le pouvons pour nous entraider lorsque nous entrons dans une période d’activité particulièrement importante, ce qui est d’ailleurs le cas en ce moment même. Je pense que cela contribue à alimenter un bon esprit d’équipe au sein de notre département. 

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS