Malgré le contexte économique, Mirakl continue d’enregistrer une croissance à deux chiffres et annonce ce 7 février avoir atteint pour 2023 160 millions de dollars de revenu annuel récurrent. L’entreprise spécialisée dans les market places, milite pour un environnement français et européen qui n’empêche pas les tech d’être compétitives à l’international. Retour sur sa stratégie avec son vice-president, corporate affairs & impact Hugo Weber.

Décideurs. Comment Mirakl appréhende son statut de licorne ?

Hugo Weber. Cela fait quelques années que nous nous battons contre ce qualificatif. Par définition, une licorne est un animal mythologique qui n’existe pas. Or, ce que nous faisons chez Mirakl est extrêmement tangible. Nous sommes ancrés dans l’économie réelle. Chaque euro de volume d’affaires généré sur les market places déployées par Mirakl représente du chiffre d’affaires supplémentaire pour l’opérateur, des opportunités business proposées à des vendeurs tiers et de la valeur ajoutée pour le consommateur qui achète le bon produit au meilleur prix avec une qualité de service garantie.

Quel bilan dressez-vous de l’année 2023 ?

Elle a été un peu plus contrastée que les précédentes en raison d’un environnement macroéconomique moins favorable mais cela n’a pas empêché Mirakl d’enregistrer une croissance de 20 % de son revenu annuel récurrent, qui est passé de 135 millions en 2022 à 160 millions de dollars en 2023. Par ailleurs, le volume d’affaires généré sur nos plateformes a atteint les 8,6 milliards de dollars, avec notamment un mois de novembre record (plus d’un milliard). Troisième marqueur : notre produit historique, "Mirakl Platform", a atteint la rentabilité fin 2023. L’an dernier nous avons sorti deux nouveaux produits, un sur le paiement, l’autre sur la publicité. Chez Mirakl, tous nos bénéfices sont réinvestis dans l’innovation.

Les entreprises tech sont de plus en plus challengées par les investisseurs sur leur rentabilité. Vous n’en faites pas une priorité ?

Dans le secteur du logiciel, la rentabilité provient d’effets d’échelle. Nous avons bien sûr dans notre business plan un objectif sur le sujet mais nous ne communiquons pas dessus. Toutefois, notre priorité reste de tout faire afin que nos clients disposent des bons outils pour croître et réussir dans cette économie de plateformes. Ce qui passe par des investissements dans l’innovation. En outre, Mirakl a levé 300 millions de dollars en 2020 ainsi que 555 millions en 2021 et génère suffisamment de revenus sur son métier historique pour ne pas avoir à lever des fonds rapidement. Les fondateurs de Mirakl, Philippe Corrot et Adrien Nussenbaum ont déjà créé des business qu’ils ont revendus. Ils ont une gestion à la fois d’entrepreneurs visionnaires et très conscients du marché dans lequel ils évoluent. Nous n’avons pas recruté de manière démesurée et avons moins été obligés d’adapter nos équipes au contexte économique actuel.

Le contexte économique vous paraît-il inquiétant ?

Le nombre de levées de fonds et le capital déployé par les fonds VC est en baisse. Cela me paraît assez conjoncturel. Les investisseurs vont se montrer plus regardants sur la qualité des business models financés. Mais ils gardent un niveau de liquidité important. La poudre sèche (les liquidités disponibles, ndlr) n’a jamais été aussi importante. Ces capitaux, les fonds vont devoir les déployer et je ne crois pas à un assèchement structurel et durable des levées de fonds pour les startups.

"La French Tech a joué un rôle très important pour faire émerger la France sur l’échiquier mondial"

Songez-vous à une introduction en Bourse ?

Une IPO poursuit deux objectifs : rendre de la liquidité aux investisseurs et se financer sur les marchés. Au regard des revenus de Mirakl et de la gestion de sa trésorerie, nous n’avons pas besoin de réaliser une nouvelle levée de fonds immédiatement. L’introduction en Bourse n’est donc pas notre priorité. Cela ne veut pas dire que nous ne nous y préparions pas. Il s’agit d’un exercice sain qui nous aide à nous structurer, à appréhender les risques, à faire preuve de transparence, etc.

Comment percevez-vous le rôle de la French Tech ?

Cette organisation a joué un rôle très important pour faire émerger la France sur l’échiquier mondial de la tech. Ces dernières années, les start-up françaises ont levé des fonds de manière importante auprès d’investisseurs internationaux. L’enjeu pour les pouvoirs publics est maintenant de faire émerger des champions mondiaux. Cela passe par un renforcement de l’effort de l’export de ces entreprises-là.

Quels sont les freins ?

J’en identifie deux. Le premier est la pression réglementaire extrêmement forte sur la tech européenne. Le volume de textes discutés et adoptés (DSA, DMA, Data Act…) est un frein car les entreprises doivent avoir les moyens de s’y conformer. Ce qui est souvent plus simple pour les géants de la tech au regard de leur trésorerie. Il y a ensuite le sujet du capital humain. Nous sommes en compétition avec la Silicon Valley. Dans l’IA, les chercheurs français contribuent au développement d’entreprises tech américaines. Nous les voyons revenir en France pour créer leur entreprise, comme Mistral AI, mais ils sont encore trop peu nombreux. Sur ces deux sujets, les pouvoirs publics peuvent agir. Ce sera le cœur de la bataille des cinq prochaines années de la French Tech. Les entreprises de la Tech sont comme les autres : elles en reviennent toujours à la compétitivité. On tend à l’oublier avec le marqueur des levées de fonds qui est davantage mis en avant. 

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail