Ce 4 septembre, l’entreprise spécialisée dans la publicité sur lieux de vente se lance dans la semaine de quatre jours. Son patron, Alexandre de Roumefort, revient pour Décideurs sur la manière de mettre en place cette initiative.

Outils et machines s’améliorent sans cesse permettant aux sociétés de gagner en productivité. À quoi ce temps supplémentaire peut-il bien être alloué ? C’est la question que U’rself, entreprise spécialisée dans la publicité sur lieux de vente et qui emploie 50 personnes, s’est posée. Après réflexion, ses dirigeants en sont arrivés à la conclusion qu’il ne convenait pas de faire travailler davantage leurs collaborateurs. Au contraire. Début septembre, la PME met en place la semaine de quatre jours.

Comment U’rself s’est-elle laissée convaincre par cette nouvelle organisation ? Les premiers retours très positifs d’autres entreprises sur le sujet ont pesé dans la balance. Une expérimentation menée durant six mois en Angleterre, et dont les résultats ont été publiés en début d’année, a montré des patrons conquis. Autre exemple, la société LDLC, basée à Lyon qui fait notamment tourner des entrepôts logistiques, a communiqué des retours plus que positifs concernant cette initiative lancée dès 2021. De quoi aider U’rself à se projeter, elle qui emploie des collaborateurs situés dans des bureaux mais aussi en usine et dans des entrepôts. Au sein de LDLC, "même sur des activités cadencées, les salariés étant mieux reposés, ils ont gagné en productivité", souligne Alexandre de Roumefort, fondateur et CEO de U’Rself.

Avant de lancer le remaniement, U’rself a consulté ses salariés et les a appelés à se prononcer par référendum

La société bordelaise, qui a multiplié par dix son chiffre d'affaires en cinq ans, a également constaté, par petites touches, que cette organisation pouvait être adaptée à ses équipes. "Nous avons eu pas mal de congés maternité à la suite desquels les personnes nous ont demandé à revenir mais en quatre cinquième, souligne Alexandre de Roumefort, fondateur et CEO de U’rself. Or, on s’est aperçu que leur productivité restait la même que sur une semaine de cinq jours."

Réticences et plébiscite

Avant de lancer le remaniement, U’rself a consulté ses salariés et les a appelés à se prononcer par référendum. En amont, les réticences ont porté sur la manière d’être aussi productif en moins de temps. "La deuxième objection était psychologique et touchait davantage les plus de 40 ans : que va penser notre entourage si on ne travaille que quatre jours par semaine", rapporte Alexandre de Roumefort. Enfin, certains se demandaient ce qu’ils allaient faire de cette journée. Les équipes de Bordeaux ont plébiscité à plus de 90 % l’initiative. Celles de Rennes ont également souhaité voir leur semaine évoluer, ce qui n’a pas été le cas des cinq collaborateurs de Toulouse. Dont acte.

Depuis le 4 septembre, les employés de Bordeaux et Rennes étrennent la nouvelle organisation, qui sera reconduite tacitement chaque année, sauf si la direction ou le CSE souhaitent revenir en arrière. Aucun changement côté vacances ou cotisations retraite. Les salariés passent de 35 heures par semaine réparties du lundi au vendredi à 32 heures dispatchées sur quatre jours, soit une heure de plus par journée. Le télétravail est lui maintenu une journée par semaine contre deux actuellement. Aux responsables de services de fixer avec leurs équipes qui prend quel jour, sachant que le jour gagné ne doit pas être fixe pour des questions d’équité.

U’rself croit beaucoup dans les bénéfices de ces changements. "Cela nous dote d’une véritable attractivité, estime Alexandre de Roumefort. Aujourd’hui, pour recruter des équipes, surtout quand on n’est pas un grand groupe, il faut prendre en compte leur bien-être. Des collaborateurs heureux, ce sont des clients heureux." U’rself constate déjà un intérêt plus fort de profils pas toujours simples à séduire grâce au lancement de ce dispositif. Par ailleurs, les études montrent que, mieux reposés, les collaborateurs sont davantage productifs. Enfin, la semaine de quatre jours pousse les troupes à mieux s’organiser afin que les clients disposent d’un service tout au long de la semaine malgré les absences. Premier bilan dans un an ?

Olivia Vignaud

Prochains rendez-vous
Décideurs RH

3 juillet 2024
Talents !
Le nouvel événement du recrutement, de la gestion des carrières et du Comp&Ben
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP ● REMISE DE PRIX 
Voir le site »

2 octobre 2024
Rencontres du droit social
Le rendez-vous des acteurs du droit social
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP 
Voir le site »


Novembre 2024
Les Victoires du Capital humain
L'incontournable des directions RH
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP ● REMISE DE PRIX 
Voir le site » 

Avril 2025
U-Spring, Le Printemps des universités d'entreprises
La journée qui célèbre le learning
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP ● REMISE DE PRIX
Voir le site »

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail