Caroline Renoux, alors chasseuse de têtes lors de la crise économique de 2008, a été témoin de l’effondrement des banques de l’intérieur. Dès lors, les licenciements se sont enchaînés et la flamme s’est éteinte. Continuer ainsi devenait inconcevable. Le déclic se produit : le sens au travail est la clé de l’épanouissement. Repartir à zéro et fonder Birdeo, cabinet de recrutement spécialisé en développement durable et RSE, telle est l’aventure dans laquelle s’embarque l’entrepreneuse.

Décideurs. Vous avez fondé Birdeo en 2010, soit deux ans après la crise des subprimes. Quelles ont été vos motivations ?

Caroline Renoux. Attirée par l’international, je réalise mon stage de fin d’études chez EDMS HR Consulting, un cabinet de chasse de têtes basé à Budapest. J’intègre quelques années plus tard une SSII britannique et y développe un savoir-faire dans le recrutement d’experts en informatique pour de grands comptes internationaux au sein des zones Benelux, Scandinavie et France. Puis survient la crise économique de 2008 et une réelle prise de conscience professionnelle. Licencier un grand nombre de collaborateurs a été très difficile à gérer. Il m’était impossible de continuer ainsi car je ne trouvais plus de sens à mon travail. Parallèlement, je constate une évolution des attentes de mes clients, avec la création de nouveaux métiers, et la recherche de sens du côté des candidats. Cette période a donc été fondamentale pour me recentrer sur l’essentiel à mes yeux : l’impact écologique va engendrer une révolution équivalente à celle des nouvelles technologies. Je décide alors de reprendre mes études afin de compléter ma formation en entreprenariat et développement durable. Birdeo naît de ce constat en 2010.

L’impact positif est une notion importante à vos yeux. Quelle est la raison d’être de Birdeo ?

Birdeo est un cabinet de recrutement et de chasse de têtes, pionnier et qui se consacre exclusivement aux métiers à impact positif : développement durable, responsabilité sociétale des entreprises, achats durables, immobilier durable, B Corp. J’ai fondé ce cabinet avec une idée en tête : éclairer et accélérer la transformation des métiers en mobilisant les meilleurs talents et décideurs pour contribuer ensemble à une dynamique durable, inclusive et engagée des organisations.

"Sensibiliser afin de rappeler la difficulté de ces métiers"

Comment accompagnez-vous les collaborateurs en quête de sens ?

Birdeo est plus qu’un simple cabinet de recrutement puisque nous accompagnons les collaborateurs en quête de sens au travail à travers des dispositifs complets. Premièrement, nous mettons en avant ces métiers à travers un important travail de valorisation et de transparence de l’information par des fiches de poste claires et précises. Deuxièmement, nous recensons l’ensemble des formations sur le sujet afin de proposer un accompagnement théorique pour celles et ceux qui souhaitent se reconvertir. Enfin, nous adoptons également une véritable posture de consultants puisque nous conseillons jeunes diplômés et cadres en cours de reconversion. Nous anticipons également les nouveaux métiers en développement durables RSE par une veille du marché et identifions les meilleurs talents.

Le développement durable et la RSE sont des secteurs qui aujourd’hui attirent beaucoup. Quelle est la réalité du terrain ?

Ces thèmes séduisent en raison de la transversalité des compétences qu’ils requièrent. Pour autant, la clé de ce succès réside dans l’accompagnement des collaborateurs puisque nombreux sont ceux à idéaliser le secteur. Il est important de rappeler et de sensibiliser sur la difficulté de ces métiers. Nombreux sont les managers à déplorer une force de travail insuffisante et un manque d’expertise sur des sujets de pointe. De plus, les moyens consacrés à la transition durable en entreprise sont peu élevés. C’est un métier qu’il faut donc choisir avec beaucoup de convictions.

"Réfléchir à son projet professionnel, au sens et à l’impact que l’on recherche"

Une reconversion est-elle alors possible en développement durable et RSE ? Comment s’y prendre ?

Avant toute chose, il convient de réfléchir à son projet professionnel, au sens et à l’impact que l’on recherche. C’est une idée propre à chacun. Pour certains, cela se traduit par un poste à responsabilité dans une multinationale très polluante, et pour d’autres, par l’intégration d’une entreprise écoresponsable et familiale. En RSE, nous jonglons en permanence avec les contradictions. Faire preuve d’humilité et de résilience est fondamental. S’informer sur les sujets RSE, développer sa curiosité sur la thématique, approfondir ses différents réseaux et s’appuyer sur sa première partie de carrière est essentiel. La meilleure chose à faire est de réaliser un bilan personnel. Cela permet de prendre conscience de son impact, de réfléchir à son empreinte, optimiser ses performances et de trouver un équilibre entre convictions personnelles et réalités économiques. Il est tout à fait possible de se reconvertir. Le plus important est de prendre conscience de son impact et de faire le maximum pour que celui-ci soit le plus positif.

Propos recueillis par Alexis Ellin

Prochains rendez-vous Décideurs RH

3 avril 2024
U-Spring, Le Printemps des universités d'entreprises
Le rendez-vous incontournable de la formation professionnelle
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP ● REMISE DE PRIX

Voir le site »

4 juillet 2024
Talents !
Le nouvel événement du recrutement, de la gestion des carrières et du Comp&Ben
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP ● REMISE DE PRIX 
Voir le site »

2 octobre 2024
Rencontres du droit social
Le rendez-vous des acteurs du droit social
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP 
Voir le site »
 

GUIDE ET CLASSEMENTS Décideurs RH

Capital humain leadership management guide classement leaders league décideurs RH

> S'abonner
> Voir les derniers guides
Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS
Décideurs RH

> Guide 2023