Selon l’étude "State of the digital workplace" menée par Gallup en 2022, seuls 6% des salariés de l'Hexagone se déclarent engagés au travail. Face aux tendances de "grande démission" ou de "quiet quitting" ressenties par les directions RH en 2021 et 2022, l’activation de leviers pour mobiliser les effectifs devrait être une priorité pour de nombreuses organisations cette année.

La quête de sens est bel et bien un facteur d’engagement pour les salariés. Les DRH en ont pris conscience, puisque 29% d'entre eux en France envisagent d’impliquer les salariés dans la mise en place de la stratégie d’entreprise, indique le premier baromètre de Human & Work dédié aux enjeux RH, datant d’octobre 2022. Une enquête qui précise que leurs priorités se placeront également sur le climat social et l’ambiance au sein des équipes. 

Une entreprise plus attractive 

Cette enquête comprend également les thèmes du bien-être au travail et de la responsabilité sociétale de l’entreprise. En effet, le troisième baromètre de la perception de la RSE en entreprise orchestré par le Medef met en avant le fait que 82% des collaborateurs en poste se projettent dans leur entreprise, à condition que celle-ci adopte une stratégie RSE. D’ailleurs, selon HR Maps, 83% des salariés exerçant au sein d'une entreprise responsable indiquent "avoir du plaisir à travailler". Or, selon Officevibe cette fois, un collaborateur heureux est 12% plus productif. La communication de la stratégie RH quant à elle est essentielle pour mener à bien l’ensemble de ces actions et ainsi consolider la confiance des collaborateurs sur le terrain.

L’évolution des salariés

Le "Strategic Workforce Planning" ou gestion des emplois et des compétences est également un enjeu à ne pas négliger. Une étude de Pôle emploi révèle que 85% des emplois de 2030 n'existent pas pour le moment. Une réponse aux salariés qui sont aujourd’hui un quart à ne pas avoir confiance en leur avenir professionnel au sein de leur organisation, dévoile l’étude "The Top HR Trends and Priorities for 2023" réalisée par Gartner. La formation devrait jouer un rôle clé dans l’anticipation et l’adaptation aux métiers du futur comme l’indique l’édition 2022 du baromètre international Cegos "Transformation, compétences et learning" qui éclaire sur ces enjeux à travers la parole de 4 005 salariés et de 377 acteurs RH. Par ailleurs dans des secteurs en mutation permanente faisant face aux enjeux sociétaux, cela favoriserait l’accès aux mobilités internes ce qui ouvre un champ des possibles à d’autres opportunités.

La flexibilité, un critère clé pour fidéliser

L’avènement du travail à distance a ouvert les portes d’une organisation plus flexible et pour beaucoup de collaborateurs, il n’est pas question d’un retour en arrière, une majorité d’entre eux considérant leur équilibre vie professionnelle et vie privée comme étant une priorité. L’Institut Montaigne indique que six employés sur dix souhaitent pouvoir télétravailler, idéalement, 2,7 jours par semaine. Par ailleurs, selon Gartner, 52% d’entre eux choisissent de rester dans leur entreprise en fonction de la politique en matière de nouveaux modes de travail. D’autres sujets sont abordés, tels que la flexibilité des horaires, ou encore la semaine de quatre jours, de plus en plus évoquée. D’ailleurs, 64% des Français souhaitent concentrer le temps de travail hebdomadaire sur quatre jours, d’après l’étude d’ADP "People at Work" en 2022. Un sujet que ne pourront pas ignorer les ressources humaines dans leur quête de fidélisation.

Une politique de rémunération en réponse à l’inflation

Face à l’inflation de 6,2% en octobre dernier, les DRH se sont retrouvés face à un défi de taille. Si le salaire n’est pas en tête des priorités des salariés pour s’engager durablement sur un poste, la perte du pouvoir d’achat lié au contexte économique joue indéniablement sur la motivation des salariés et cet axe est à prendre en compte pour les fidéliser. Une étude menée par Glassdoor en novembre 2022 nous apprend que 76% des personnes interrogées s’inquiètent plus que les six derniers mois quant à leur capacité de gestion du coût de la vie : 37% d’entre eux estiment que cette inquiétude impacte leur productivité et 77% de ces collaborateurs attendent de l’aide de la part de leur entreprise. En outre, 68% des salariés seraient davantage motivés à rester si cette aide se matérialisait. Plusieurs entreprises ont déjà pris le sujet à bras-le-corps tels que Philip Morris, Manutan, ou encore Kingfisher qui partagent les mêmes leviers qu’ils ont activés courant 2022 pour accompagner au mieux leurs équipes face à cette situation.


Pris en compte, l’ensemble de ces éléments permet d’améliorer l’expérience employé. Un point non négligeable selon « The Definitive Guide : Employee Experience » de Josh Bersin édité en 2021, puisque les entreprises qui ont une stratégie d’expérience collaborateur ont cinq fois plus de chances de retenir leurs forces vives..

Clara Elmira

Prochains rendez-vous Décideurs RH

3 avril 2024
U-Spring, Le Printemps des universités d'entreprises
Le rendez-vous incontournable de la formation professionnelle
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP ● REMISE DE PRIX

Voir le site »

4 juillet 2024
Talents !
Le nouvel événement du recrutement, de la gestion des carrières et du Comp&Ben
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP ● REMISE DE PRIX 
Voir le site »

2 octobre 2024
Rencontres du droit social
Le rendez-vous des acteurs du droit social
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP 
Voir le site »
 

GUIDE ET CLASSEMENTS Décideurs RH

Capital humain leadership management guide classement leaders league décideurs RH

> S'abonner
> Voir les derniers guides
Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS
Décideurs RH

> Guide 2023