Chercheur affilié à la Chaire Travail de PSE-École d'économie de Paris, Cyprien Batut étudie de près les mutations du secteur de l’emploi avec l’émergence du télétravail. Ses études mettent en avant les défis qui attendent les travailleurs de demain : concilier les besoins de flexibilité des salariés et les enjeux de productivité des entreprises, comprendre la télémigration et s’assurer que les inégalités ne se creusent pas. Lors de l’USI (Unexpected Sources of Inspiration) de 2022, il livre son regard d’économiste sur l’émergence de cette nouvelle organisation du travail.

Décideurs. Nous sommes passés très vite du télétravail forcé à un télétravail dit normal. A-t-on déjà un premier retour d’expérience concernant la généralisation du télétravail ?

Cyprien Batut. De nombreuses incertitudes existent encore. Une donnée est certaine : environ 25% des français travaillent en modèle hybride et ce chiffre ne change pas depuis plus de 6 mois. Nous pouvons donc estimer que ce modèle va perdurer, contrairement au télétravail à temps plein qui ne concerne que très peu de salariés. Toutefois cette généralisation du modèle hybride crée de nouvelles tensions : concernant par exemple les frais de transport, les tickets restaurants, la consommation d’énergie.

De nouveaux défis émergent…              

Le télétravail bouleverse l’organisation du travail et questionne la responsabilité de l’employeur. Prenons l’exemple de la canicule : qui s’assure que les collaborateurs travaillent de chez eux dans de bonnes conditions sans risques pour leur santé ? Or, selon la loi, l’employeur est garant de la santé et la sécurité de ses salariés, y compris quand ils télétravaillent, et doit prévenir les RPS. Doit-on alors envisager d’attribuer davantage de responsabilité aux salariés en télétravail ? Si le modèle hybride perdure dans le temps, il faudra alors peut-être que le droit du travail soit réévalué.

Peut-on déjà analyser les bénéfices et les risques du télétravail ?

Pour l’instant, les effets très positifs du télétravail sont contrebalancés par des risques. Concernant les inégalités territoriales, le phénomène de télémigration, décrit par l’économiste Richard Baldwin, peut réduire les discriminations entre les milieux urbains et ruraux. Toutefois, le télétravail est aussi créateur d’inégalités. Nous avons déjà pu le constater lors du confinement, non seulement entre les hommes et les femmes mais aussi, comme tout changement technologique, entre ceux qui peuvent bénéficier de ces mutations et ceux qui ne le peuvent pas.

 "Il faut commencer à militer pour un télétravail volontariste"

Quel est l’impact du télétravail sur la productivité ?

En moyenne, les travaux économiques montrent que les entreprises sont au moins aussi productives avec du télétravail que sans. Toutefois, cela reste hétérogène selon les métiers et les fonctions. Il faut commencer à militer pour un télétravail volontariste. On constate que lorsque les personnes ont la possibilité de choisir, celles qui optent pour le télétravail augmentent leur performance. Faire confiance aux salariés apparaît comme nécessaire : ceux qui souhaitent bénéficier de télétravail sont ceux qui exercent mieux leurs fonctions dans ces conditions.

Repasser à un modèle sans télétravail, est-ce envisageable ?

Des difficultés propres à cette nouvelle organisation du travail existent : notamment autour de la communication et ce que l’on peut nommer la constitution du capital extra-financier d’une entreprise. Toutefois, nous ne pouvons pas négliger le fait que les salariés demandent et veulent du télétravail. La flexibilité offerte par le télétravail a pris une place importante dans leurs attentes. Lorsque nous observons le phénomène de la Grande Démission, il ne faut pas se tromper. Le taux d’emploi n’a jamais été aussi haut. Les salariés ne démissionnent pas pour ne plus travailler mais pour obtenir de meilleures conditions de travail, dont le télétravail fait partie. Nous ne devrions donc pas parler de grande démission mais de grande réallocation entre les emplois. Ce n’est pas un rejet de la valeur travail mais une recherche de davantage d’opportunités, ce qui parfois signifie une fuite vers le télétravail.

Propos recueillis par Elsa Guérin

Prochains rendez-vous
Décideurs RH

3 juillet 2024
Talents !
Le nouvel événement du recrutement, de la gestion des carrières et du Comp&Ben
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP ● REMISE DE PRIX 
Voir le site »

2 octobre 2024
Rencontres du droit social
Le rendez-vous des acteurs du droit social
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP 
Voir le site »


Novembre 2024
Les Victoires du Capital humain
L'incontournable des directions RH
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP ● REMISE DE PRIX 
Voir le site » 

Avril 2025
U-Spring, Le Printemps des universités d'entreprises
La journée qui célèbre le learning
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP ● REMISE DE PRIX
Voir le site »

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail