Si l’entrepreneuriat repose sur un état d’esprit fourmillant d’initiatives et d’idées, la philanthropie se réalise elle aussi de multiples façons, avec un objectif : développer un projet désintéressé au service du plus grand nombre.
Tout peut conduire à vouloir s’y investir : redistribuer une partie de sa richesse auprès des plus démunis, donner du sens à l’entreprise en fédérant ses collaborateurs autour d’une cause ou encore soutenir des actions qui ne le seraient pas suffisamment par les politiques publiques. Dans ce contexte, la France crée de nouveaux outils pour faciliter le développement de la philanthropie. Il est donc indispensable d’être bien conseillé et accompagné. Comme pour tous les sujets patrimoniaux d’un family office, la mission d’Altheo Partners est de comprendre le chef d’entreprise, d’être force de propositions, de mettre en œuvre ses décisions et d’en être le garant dans le temps, en tenant compte des évolutions de la famille et des réglementations. Aujourd’hui, il existe trois grands leviers pour réaliser un projet philanthropique.
 
Le fonds de dotation au nom du dirigeant 
Idéal pour un entrepreneur charismatique qui souhaite associer son nom, sa famille et son réseau à une cause qui lui est chère, ce dispositif peut lui offrir un projet en marge – ou après la cession – de son entreprise. Il définira d’abord la mission, le temps allouable et le financement. Le family office intervient, lui, dans la structuration de l’outil philanthropique choisi et de la stratégie, tout en animant dans le temps les comités et le reporting afin de décharger le fondateur du suivi opérationnel. À long terme, il faudra néanmoins pouvoir dissocier le fondateur du projet, afin de garantir sa pérennité au-delà de sa personne.
 
La mission philanthropique associée à l’entreprise 
Outil de cohésion entre les salariés à l’heure des entreprises à mission et du mécénat de compétence, elle pourra par exemple soutenir un ancrage régional fragilisé ou un savoir-faire à protéger. Son financement reposera sur le fléchage d’une partie du chiffre d’affaires de l’entreprise et sera facilité par la loi Pacte instituant le fonds de pérennité. Ce dernier permet à une structure dotée de la personnalité morale de détenir des titres de société et ainsi de percevoir un dividende pour soutenir le budget défini. Le family office veille à la mission d’intérêt général défendue, fluidifie la communication régulière vers les salariés et la remontée de leurs idées, et mesure l’impact concret des projets soutenus. Il convient toutefois d’en sécuriser la pérennité en cas de changement de la direction ou du capital de la société opérationnelle fragilisant le maintien de l’initiative par son dirigeant quittant l’entreprise et perdant le lien avec l’initiative.
 
Le fonds de dotation sous égide 
Pour aller plus vite et contourner les contraintes administratives et juridiques, il est possible de distribuer des fonds à des projets déjà existants. Le family office explicite le champ des possibles et réalise l’ensemble des démarches (statuts, stratégie patrimoniale liée à la gestion de la dotation et définition du budget …). Le client se consacrera ainsi uniquement aux causes qui lui tiennent à cœur et pourra progressivement prendre la mesure très agile de sa structure qu’il pourra ensuite faire évoluer. Toujours à l’écoute, le family office offre des outils flexibles pour s’adapter dans le temps à l’évolution des souhaits et de l’organisation d’un chef d’entreprise.
 
Clément Jorez, Family Partner – Altheo Partners et Administrateur – Association française du family office (Affo)

Personnes citées

GUIDE ET CLASSEMENTS

> Guide 2023
Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail