Alors que la question environnementale s’insinue dans toutes les composantes de la société et relègue l’esthétisme au second plan, Jonas Ramuz, à travers sa société Quai 36, octroie aux opérations immobilières une dimension artistique mêlée d’une symbolique culturelle. Entretien.

Décideurs. Comment vous est venue l’idée de Quai 36 ?

Jonas Ramuz. Quai 36 est une maison de production d’art. Nous collaborons avec un réseau de plus de 400 artistes que l’on enrichit régulièrement et qui compte des plasticiens mais aussi beaucoup de peintres qui ont constitué notre acte de naissance. Nous travaillons aujourd’hui sur des problématiques de mise en lumière, de ferronnerie, de mosaïques. La structure est née en 2015 à Paris Gare du Nord lors d’un projet qui a nécessité l’intervention de 22 peintres muralistes à l’intérieur de la gare pour offrir un nouveau regard artistique sur l’espace sans le considérer uniquement à travers le prisme du transport mais pour en faire un lieu de culture. Cette dynamique s’était déjà installée dans les gares avec la présence de pianos, sous l’impulsion de Londres. Plus précisément, l’idée m’est venue un soir en prenant le train de la ligne H pour me rendant dans le 95 et en contemplant les graffitis en sortie de gare qui m’ont donné le sentiment qu’ils cherchaient à y entrer. Le mouvement qu’ils décrivaient m’a rappelé les barbares devant la porte de la cité grecque qui essayaient d’y pénétrer. Je me suis dit alors qu’il serait assez extraordinaire de célébrer la culture et la création en invitant des peintres muralistes à Paris Gare du Nord, qui était d’ailleurs le QG de la brigade anti-graffiti. Symboliquement, c’était fort. Concernant le terme “graffiti”, nous avons fait appel à des muralistes. J’évite d’ailleurs volontairement l’occurrence “street art” parce qu'elle place les artistes dans un carcan qui peut être considéré comme moins noble car venant de la rue. C’est de l’art tout court et quand on parle de mise en lumière, on ne parle pas de street art alors même que l’on reste dans l’espace public.

"Nous répondons à trois étapes : l’occupation temporaire, l’occupation transitoire et l’occupation future"

Pourriez-vous nous décrire votre concept ?

Notre métier consiste à traduire les enjeux de l’aménagement urbain de nos partenaires en y apportant une dimension artistique. Nous travaillons avec des entreprises du secteur de la construction, des aménageurs, des promoteurs, des bailleurs sociaux, des collectivités ou des annonceurs. Dès qu’il y a une empreinte territoriale, nous avons cette possibilité de faire le lien entre urbanisme et culture, d’associer la fabrique de la ville à celles de l’art et de la culture, et vice versa. De manière très concrète, nous avons porté une opération avec Pitch Immobilier et Novaxia à Saint-Ouen-sur-Seine à travers plusieurs étapes essentielles : nous avons investi l’ancien showroom du musée Pierre Cardin, pour faire de ce lieu en sommeil, bientôt converti en résidence étudiante, une véritable salle d’exposition mêlant romantisme et muralisme, le temps d’obtenir le droit de construire et le portage financier. Il représente un levier ultra vertueux pour nos partenaires, en termes d’image et de communication, et pour la collectivité dans sa relation avec ses administrés. Quand la démolition va débuter, nous projetons d’installer une palissade qui permettra de coffrer le chantier, de l’égayer, pour répondre à un temps parfois ombrageux : celui des travaux et des nuisances sonores et visuelles qui l’accompagnent. En dernier lieu, quand le bâtiment sera livré, nous réaliserons une fresque. Nous répondons donc à trois étapes : l’occupation temporaire, l’occupation transitoire et l’occupation future.

Vous ne vous arrêtez donc pas au visuel ?

Notre concept répond à plusieurs problématiques : du côté des pouvoirs publics, il réside dans la possibilité de créer la fabrique de l’art, dans un dialogue public/privé, car c’est avec le privé que l’on complète le désir public, et son financement. Du côté de nos partenaires, notre travail consiste à les sortir d’un statut monofonctionnel en amenant les conditions de l’écriture territoriale. Demain, nous ferons en sorte que la culture et l’art revêtent autant d’importance dans le discours et la fabrique de la ville que le développement durable. C’est, pour nous, un enjeu ayant trait à l’intelligence, à la richesse, ainsi qu’un levier formidable sur le plan économique. Une ville riche sur le plan artistique et culturel est attractive et bénéficie de l’amélioration de ses recettes fiscales. À Wynwood à Miami, des promoteurs ont acquis un territoire en friche de 400 000 m² et y ont développé l’art mural. Aujourd’hui, le quartier accueille 3,8 millions de visiteurs et 865 millions d’euros de recettes par an. Le fait que les gens s’y rendent pour aller à la rencontre de ces fresques a eu pour conséquence la construction de tous les flux exogènes souhaités : hôtellerie, commerces, restauration autour de cette économie de la culture et du loisir. Apporter l’art là où l’on ne l’attend pas permet de créer des déambulations, d’ouvrir des quartiers, de recoudre certaines cicatrices urbaines.

Image

Projet #1096 (en référence aux 1096 logements réhabilités) à Versailles (©Aruallan)

Quel est votre business model ?

Nous ne fonctionnons que dans le cadre d’opérations privées, c’est ce qui constitue notre force lorsque l’on s’adresse aux élus. L’idée est de maximiser ce dialogue public/privé. Il y a aussi une grande partie de notre activité qui se base sur les phases de consultation. Les promoteurs nous intègrent dans leur stratégie au même titre que les architectes, les bureaux d’étude ou les paysagers. Notre métier c’est aussi de l’ingénierie à travers le levier de démultiplication de l’art dans le cadre de consultations. Il s’agit d’intégrer l’art de manière cohérente à plusieurs niveaux et plusieurs strates.

Est-ce devenu un levier pour obtenir des permis de construire ?

Disons que l’intégration de l’art et de la culture dans un projet constitue un signal extrêmement positif pour l’ensemble des parties, l’objectif des acteurs publics et privés résidant dans la construction d’un dialogue urbain et territorial vertueux. Ce récit créatif que nous proposons dans le cadre d’une opération de construction ou de réhabilitation concourt à ce dialogue. En outre, la culture permet de travailler l’acceptabilité d’un projet.

"Une ville riche sur le plan artistique et culturel est attractive"

Est-ce que le “beau” a encore sa place dans l’immobilier ?

Je crois que faire du durable c’est faire du beau et vice versa. S’assurer de développer des opérations intemporelles nous inscrit dans une approche durable. Dans vingt trente ans, ces opérations feront toujours sens et ne nécessiteront donc pas d’être démolies et reconstruites dans une logique insensée. Les promoteurs y sont donc sensibles, notamment du fait du dialogue qu’ils nouent avec des artistes et des architectes ainsi qu’avec des collectivités. Les collectivités justement, y voient de nouveaux leviers financiers sur le plan de leur feuille de route en matière de politique culturelle. Le promoteur est un chef d’orchestre, moi aussi. Les logiciels de la production et de la promotion sont assez similaires. Nous partons, systématiquement, d’un territoire en observant sa géographie, en examinant son contexte et en détaillant sa notice architecturale. Sur cette base, un réseau d’artistes va s'attacher à créer une écriture singulière, une raison d’être, un récit, qui soient propres à chaque opération. Nous répondons à des problématiques d’image, de durabilité, de communication et participons au déploiement des relations institutionnelles et commerciales avec un rôle de soft power par l’art et la culture. Cette démarche permet aux entreprises de communiquer de manière résolument innovante mais aussi de manière durable. En bref, nous répondons à un besoin de fabriquer des villes attractives, en dehors de la seule question de l’habitat. C’est un cercle vertueux, pour l’usager, la collectivité, les opérateurs privés et les artistes.

Propos recueillis par Alban Castres

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS