La société de capital-investissement française PAI Partners cède une part minoritaire de son capital au fonds américain Blue Owl. Une prise de participation qui confirme la tendance des opérations de GP stake internationales en Europe.  

Anciennement rattachée à BNP Paribas, la société de gestion PAI Partner a cédé une part minoritaire de son capital à Dyal Capital V, une division du fonds américain coté Blue Owl Capital clôturée en décembre dernier. Si la somme n’a pas été divulguée par les parties prenantes, Les Echos évoquent une prise de participation du fonds à hauteur de 15 à 20 % de sa cible, soit un montant de 500 à 700 millions d’euros. PAI Partner ayant actuellement 26 milliards d’actifs sous gestion, l’opération de Blue Owl valorise la société à près de 3,7 milliards d’euros.  

Un mariage international et fructueux 

Pour PAI Partners, aujourd’hui présent en Europe et aux États-Unis, l’entrée au capital de Blue Owl lui permettra d’accéder aux territoires sur lesquels il est implanté. Coté à la Bourse de New York, le fonds est particulièrement dynamique en Asie, une zone encore sous-investie par PAI Partners. Dyal Capital Partners V, à l’origine de la prise de participation dans le fonds français, a collecté 20% de ses fonds grâce à des investisseurs asiatiques. Pour l’Américain, l’acquisition d’une part minoritaire de PAI Partners est stratégique. Elle permet d’améliorer son accès au marché français, une cible qui a le vent en poupe pour le marché des GP Stake , cette tendance qui vise à prendre des participations minoritaires dans le capital des sociétés de gestion alternative. D’autant plus que PAI Partners est en plein déploiement. En décembre, la société de capital-investissement a acheté Savory Solutions, le fournisseur d’ingrédients pour préparations alimentaires, au groupe américain IFF (International Flavors and Fragrances) pour un montant estimé à 900 millions de dollars. En mai 2022, le fonds français avait aussi cédé Perstorp, spécialiste suédois de la chimie, au malaisien Petronas Chemicals pour une valeur d’entreprise de 2,3 milliards d’euros, soit 9,3 fois l’Ebitda. 

Encore peu de GP stake européens  

L’opération confirme la puissance de la stratégie des GP stake, notamment américains, en pleine ascension sur le marché européen. Si en mai dernier, la plateforme d’investissements Armen a vu le jour, lancée par les Français Dominique Gaillard (Ex-Ardian) et Laurent Bénard (ex-Capza), les GP Stake internationaux s’imposent sur le Vieux Continent. Adia, le principal fonds souverain d'Abu Dhabi étudierait une prise de participation dans le Français Ardian et Meridiam, société française à la pointe du financement d’infrastructures serait observée de près par un assureur coréen. À quand des GP stake européens ?  

Céline Toni