La chloroquine associée à la prise d’antibiotique contre la pneumonie bactérienne permettrait de guérir les patients atteints de Coronavirus. Si la thèse du professeur Didier Raoult s’avère vraie, cela pourrait changer bien des choses…

Le Coronavirus pourrait-il être guéri facilement ? C’est le postulat de l’infectiologue Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée Infection. Le médecin a injecté de la chloroquine a ses patients. Après six jours, trois quarts des 24 patients testés ne sont plus porteurs du virus. Selon lui, "associé à la prise d’antibiotiques ciblés contre la pneumonie bactérienne, le traitement a totalement guéri les sujets dans la semaine alors que 90% des malades qui n’ont pas pris le traitement sont toujours positifs". C’est le journal Les Echos qui a obtenu ce scoop. Le chercheur avait lancé ses tests dans un contexte de scepticisme général il y a une semaine.

Les tests du professeur Raoult seront-ils dupliqués à grande échelle ? Comment réagiront le monde médical et les pouvoirs publics ?  Les chercheurs et les laboratoires qui, partout dans le monde, cherchent la réponse à la pandémie ont-ils été doublés par un chercheur agissant en "cavalier seul". Réponse dans les prochaines heures.

"Voyons ce qui se passe, nous n’avons rien à perdre"

Pour le moment, les tests cliniques n’ont pas été réalisé « dans les règles de l’art ». Il est potentiellement possible que le traitement génère des effets secondaires sur certains patients, ce qui explique pourquoi il n’est pas encore généralisé et prescrit massivement. Si, en France, le principe de précaution est plus important que la notion de cas de force majeure, ce n’est pas le cas aux États-Unis où les laboratoires pharmaceutiques Teva et Mylan ont annoncé augmenter massivement leur production d’hydroxychloroquine en attendant l’autorisation officielle de la FDA. Le président Donald Trump est, de son côté, prêt à autoriser le traitement. "Ça peut marcher ou pas… Voyons ce qui se passe, nous n’avons rien à perdre".

Le président républicain est donc sur la même longueur d’onde que Didier Raoult qui estime que "Quand vous avez un traitement qui marche contre zéro disponible, c’est ce traitement qui devrait devenir la référence. Et c’est ma liberté de prescription en tant que médecin. On n’a pas à obéir aux injonctions de l’État pour guérir des malades. Les recommandations de la Haute autorité de santé sont une obligation, mais ça ne vous oblige pas. Depuis Hippocrate, les médecins font pour le mieux".

Et en France ?

Si l’on respecte le principe de précaution dans l’Hexagone, il faudrait, en théorie, attendre plus d’un an pour que le traitement soit prescrit par les médecins. Mais une partie de la classe politique fait son possible pour autoriser la chloroquine. C’est notamment le cas de Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat.

Christian Estrosi maire de Nice et Valérie Boyer, députée de Marseille tous deux atteints du Coronavirus ont publiquement estimé que la chloroquine avait permis leur guérison. De son côté, un médecin touché par le Covid-19 s’est autoprescrit de la chloroquine et a attesté "qu’il ne s’attendait pas à une évolution aussi impressionnante". Il est donc possible que dans les jours à venir, certains médecins prescrivent de la chloroquine…

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

Autopromo Guide Inno Module 300

Bannieres SLF300x250 Colonne de droite Decideurs SLF 002

 

GUIDE ET CLASSEMENTS