Traditionnellement tenu pour seul responsable de la saine gestion administrative et financière de l’entreprise, le directeur financier, insuffle aujourd’hui une nouvelle dynamique digitale, endossant de nouvelles responsabilités. Son rôle en perpétuelle évolution a été largement transformé ces dernières années par l’afflux de data. Un mouvement auquel l’intelligence artificielle devrait également contribuer dans le futur.

Productivité en travail hybride, rendement énergétique de l’entreprise, les responsabilités des directeurs financiers ne cessent de croître. Selon l’étude "Become visionary. Become CFO 3.0" par Sage, 95% des directeurs financiers affirment que leur rôle a considérablement changé au cours des cinq dernières années, 70 % d'entre eux se voyant désormais confier l'entière responsabilité de la transition numérique. 

Les outils du DAF 3.0

Cette transformation est notamment due à l’importance croissante des données. Le directeur financier a désormais accès à des datas sur les comptes, l’efficacité mais aussi sur les ressources humaines qui lui révèlent des failles ou des tendances dans la stratégie de la structure. Cette digitalisation lui permet aussi de gagner un temps important quant aux flux monétaires ou la numérisation de factures en lui offrant la possibilité de porter une vision à 360° sur les activités.

La transformation du DAF est notamment due à l’importance croissante des données

Pour cela, le DAF a besoin d’outils qui lui permettent d’analyser les données afin d’identifier l’optimum entre réduction des coûts, investissement et perspectives de croissance. À cette fin, de nombreux outils émergent. Parmi ceux-ci, les logiciels tiennent une bonne place. La plateforme française Pigment, qui a récemment levé 65 millions d’euros, propose un logiciel de planification financière d’aide à la prise de décision à court et long terme sur tous les segments d’activité.

Enfin, l’IA s’impose comme un outil d’avenir. Dans cette logique stratégique, l’entreprise chinoise NetDragon Websoft, forte d’une vingtaine d’années d’expériences dans les jeux vidéo et les applications mobiles, a opté pour un robot humanoïde équipé d’une IA en qualité de PDG. Si l’entreprise conserve, bien entendu un président en chair et en os, ce choix est symptomatique de la mutation des directeurs financiers.

Quel rôle pour l’IA ?

Si l’intelligence artificielle peut, à coup sûr, abattre un certain nombre de tâches, et donc alléger la charge de travail du DAF, le temps de son remplacement par un robot est encore loin. Selon Luc Julia, cocréateur de Siri, désormais Chief Scientific Officer de Renault et personnalité reconnue dans le domaine de l’IA dans l’Hexagone, "l’IA n’est pas intelligente et n’innove pas. Elle se contente de répéter des modèles." Celle-ci ne peut donc pas se substituer à un dirigeant, car elle n’a pas de capacité à prendre des initiatives. En revanche, en la considérant comme un outil, l’intelligence artificielle peut agir comme une précieuse aide à la prise de décision.

Sous l’égide des nouvelles technologies, les DAF ont mué. Les outils soulagent la prise de décision des dirigeants, sans les remplacer. Capacités managériales, relationnelles, sens de la communication, tout comme la capacité à fédérer, la vision à long terme, ou encore l’enthousiasme demeurent en revanche des qualités personnelles essentielles à ces postes de décision.

Tom Laufenburger & Alexandra Bui


Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDE ET CLASSEMENTS

> Guide 2023