Les indépendants doivent faire face quotidiennement à de nombreux défis : développer leur chiffre d’affaires, communiquer pour pérenniser l’activité ou l’administrer au jour le jour… À cela se greffe une angoisse de taille : celle de son droit à la retraite. Tribune de François Hurel, président de l’Union des auto-entrepreneurs et des travailleurs indépendants.

Le droit à une retraite digne est l’un des piliers du contrat social entre les Français, les partenaires sociaux et l’État. Il suffit d’ailleurs qu’un gouvernement évoque la question de la retraite, pour assister à une levée de boucliers massive et constater à quel point le sujet est sensible et d’une importance capitale pour la cohésion de notre société.

Flou artistique

Si chaque salarié peut savoir précisément où en sont ses droits et à combien il pourra prétendre le jour venu, au travers d’un simulateur, le sujet est radicalement différent pour les indépendants. Aussi lunaire que cela puisse paraître pour beaucoup, cette transparence sur la constitution des droits retraite est un luxe que les travailleurs indépendants ne dispose pas. En effet ces derniers n’ont aucune visibilité sur la validation de leurs trimestres et ne peuvent pas effectuer une simulation de leur future pension. Et la raison est plutôt simple ou incroyable : personne ne semble savoir précisément comment faire, et à force d'assiettes de cotisations qui changent, de pourcentages affectés dans ces mêmes cotisations, d’additions de retraites de base et d’éventuelles retraites complémentaires, leur avenir de retraités est incalculable.

Personne ne semble savoir vraiment quelle part des cotisations dont les auto-entrepreneurs s’affranchissent est clairement affectée à leur retraite. Quand pourra t-on répondre à la simple question : "après toutes ces années à cotiser, je vais toucher combien et quand ?". Il est urgent qu’un travail de fond soit effectué par le concours de tous pour lever ce flou administratif et social, qui plonge des millions de travailleurs dans l’incertitude et l’angoisse de l’avenir. L’absence totale de réponses claires, 15 ans après la création du régime de l’auto-entrepreneur, pourrait être révélateur d’une sorte de manque de considération, voire de respect vis à vis de cette population. Rappelons qu’elle est productrice de richesse, tant humaine, sociale, qu’économique, en contribuant à plus de 5 milliards d’euros chaque année dans les comptes de l’État.

Quand pourra t-on répondre à la simple question : "après toutes ces années à cotiser, je vais toucher combien et quand ?"

Des travaux gouvernementaux semblent s’orienter vers un projet de recalcul de la part des cotisations retraite aujourd’hui versées par les auto-entrepreneurs dans leurs cotisations sociales globales. Si la volonté de ce projet semble louable et pertinente, en envisageant de projeter de nouveaux droits notamment en matière de retraite complémentaire, encore faudrait-il connaître les droits actuels ou les droits acquis pour savoir quels droits nouveaux seraient créés. Tous les auto-entrepreneurs que nous rencontrons chaque jour ont un discours simple et de bon sens : combien de chiffre d’affaires dois-je réaliser pour valider 4 trimestres ? A combien s’élèveront mes droits et comment chaque année je peux piloter mes droits retraite ? A quel âge pourrais-je m’arrêter et avec combien de pension ? Autant de questions simples auxquelles personne ne répond précisément, alors même qu’un grand nombre d’auto-entrepreneurs, qui ont été salariés ou qui sont « slasheurs », ont une visibilité de leurs droits pour la partie salariale de leurs revenus.

Mettre fin à l’injustice

N’est-ce pas là la plus grande des injustices que de ne pas pouvoir construire son avenir ? Il est donc urgent de donner visibilité et transparence à ces droits retraite, avant même d’imaginer vouloir en réformer l’assiette des cotisations, l’éventuelle augmentation de leurs montants ou encore leurs ventilations entre retraite de base et complémentaire. L’Union des auto-entrepreneurs y veillera. Rappelons encore une fois, que certains auto-entrepreneurs ont déjà une carrière de 15 années sous ce régime de l’auto-entrepreneur, que certains s’apprêtent à faire valoir leurs droits à la retraite, et que 3 500 Français s’inscrivent chaque jour dans ce régime.

Il est grand temps que l’on rende justice à leur légitime demande de savoir comment et avec quoi ils peuvent espérer vivre après leur carrière professionnelle. Il n’est pas question qu’ils continuent à être lésés par un système qui perpétuerait les discriminations envers les parcours professionnels encore trop considérés comme "atypiques". C’est tout de même presque inimaginable, alors que notre futur lanceur Ariane 6 est sur son pas de tir, ou qu’un robot d’une tonne renvoie son et image depuis deux ans sur Mars, qu’il soit impossible de créer un automate qui calculerait des droits à la retraite par rapport à des cotisations versées.

Prochains rendez-vous Décideurs RH

3 avril 2024
U-Spring, Le Printemps des universités d'entreprises
Le rendez-vous incontournable de la formation professionnelle
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP ● REMISE DE PRIX

Voir le site »

4 juillet 2024
Talents !
Le nouvel événement du recrutement, de la gestion des carrières et du Comp&Ben
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP ● REMISE DE PRIX 
Voir le site »

2 octobre 2024
Rencontres du droit social
Le rendez-vous des acteurs du droit social
CONFÉRENCES ● DÉJEUNER VIP 
Voir le site »
 

GUIDE ET CLASSEMENTS Décideurs RH

Capital humain leadership management guide classement leaders league décideurs RH

> S'abonner
> Voir les derniers guides
Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS
Décideurs RH

> Guide 2023