Juliette Roquette et Ambre Perrochaud se sont formées au sein des plus beaux cabinets de Paris. Animées par la volonté de bâtir un projet entrepreneurial et porteur de sens, elles fondent Mater Avocats, une boutique pensée pour accompagner les entreprises sur le chemin de la durabilité.

“Nous sommes tous conscients que nous ne pouvons plus continuer comme avant, mais ce n’est pas si simple de faire bouger les choses quand les modèles d’affaires, la logistique, les processus industriels et la réglementation elle-même ont été conçus dans un système linéaire.” Pour les fondatrices de Mater Avocats, nouvelle enseigne entièrement tournée vers l’économie circulaire, la création du cabinet est une façon de contribuer à la transition. Ambre Perrochaud et Juliette Roquette se sont rencontrées sur les bancs du magistère DJCE d’Assas il y a dix ans. La première a une formation en droit des affaires, avec un LL.M. au King’s College de Londres, une spécialisation en M&A et private equity, quatre premières années entre Cleary Gottlieb et Latham & Watkins et un passage dans le monde de l’entreprise en 2018 comme directrice juridique du M&A et financement chez Banijay – dont elle a vécu la croissance de l’intérieur. La seconde vient aussi du droit des affaires, avec un LL.M. à Oxford, cinq ans “passionnants” chez Bredin Prat en corporate et contentieux, quelque temps en ONG où elle porte des plaidoyers devant la Commission européenne et, pour finir, de l’entrepreneuriat dans l’économie circulaire.

Dialogue scientifique

Toutes les deux réalisent qu’elles ont besoin de revenir au barreau mais aussi de créer un projet qui a du sens pour elles, sans rejoindre des structures existantes. Leurs trajectoires se croisent, les valeurs auxquelles elles sont attachées – l’intégrité et l’humilité –  sont les mêmes, Mater Avocats ne tarde pas à naître : le nom évoque la matière et la matrice. Le cabinet, destiné aux entreprises, aux acteurs de l’économie sociale et solidaire, aux start-up, aux groupes industriels, aux fédérations professionnelles et aux éco-organismes, se veut full service. Les fondatrices, à l’ADN entrepreneurial, souhaitent offrir à leurs clients une approche transversale. Elles les accompagnent dans la négociation de contrats et anticipent le contentieux. Pour l’heure, Ambre Perrochaud et Juliette Roquette assistent des clients de tous secteurs. Avec le temps et la pratique, elles pourraient se recentrer sur certaines spécialités. Reste que “pour être bon, il faut bien comprendre les enjeux sectoriels, qui ne sont pas les mêmes dans le bâtiment, le textile ou l’agriculture”, rappelle Juliette Roquette.

 

"Les acteurs sont nombreux à vouloir faire de belles choses durables"

 

La boutique repose sur trois piliers. Le premier est celui du corporate/financement, pour aider le développement et la structuration d’une entreprise. La conformité réglementaire vient ensuite : c’est le pilier le plus caractéristique. Les avocates, pour accompagner leurs clients, doivent anticiper l’impact que les règles auront sur le modèle d’économie circulaire, la traçabilité des déchets, la sortie du statut déchet, la filière REP, les éco-organismes. Dans ce volet, le droit européen est partout. Il faut comprendre des règlements aussi denses que le règlement Reach, et expliquer aux acteurs un contexte réglementaire source de confusion. “Les notions fondamentales de droit des déchets, par exemple, ne sont pas opérationnelles et uniformes”, dit Juliette Roquette. Le dernier pilier est celui du contentieux, civil, pénal et commercial. Les fondatrices de Mater Avocats veulent “contribuer à écrire le droit de l’économie circulaire. Identifier et clarifier les zones de flou, comprendre les objectifs, fonder les positions.”

La taille du cabinet leur permet “liberté et flexibilité”, explique Ambre Perrochaud. Les avocates sont à la fois des spécialistes et des généralistes. Pour maîtriser la technique dans leurs dossiers, qui reposent sur des données scientifiques, elles travaillent main dans la main avec les équipes d’ingénieurs de leurs clients. “Sans ce dialogue et cette compréhension des enjeux opérationnels et scientifiques, poursuit Ambre Perrochaud, nous ne pouvons pas être pertinents. Le conseil ne s’arrête pas à la règle de droit.” Toutes deux suivent des formations et “apprennent tous les jours“. Et restent optimistes : “La prise de conscience collective montre que l’on avance. Nous sommes aux côtés des acteurs, et nous voyons qu’ils sont nombreux à vouloir produire de belles choses durables”, raconte Ambre Perrochaud. “Nous intervenons pour accompagner les acteurs dans le sens de la conformité, complète sa consœur. Les textes sont déjà ambitieux, les respecter serait déjà un grand pas en avant.” Mater Avocats a vocation à grandir. Les avocates accueilleront prochainement un stagiaire, et une collaboration en 2023. Elles réfléchissent aussi à intégrer le contentieux administratif à leur offre. Tout dépendra des rencontres et des besoins de leurs clients.

Olivia Fuentes

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDE ET CLASSEMENTS