Directeur général de Quadrilatère depuis un peu moins de deux ans, Emmanuel Fougère apporte un nouveau souffle à la société d’aménagement d’espaces créée en 1989. S’inscrivant contre l’homogénéisation des réponses apportées aux entreprises, Quadrilatère s’attache à comprendre la raison d’être des sociétés pour leur proposer des solutions uniques. Rencontre.

Décideurs. Quadrilatère est aujourd’hui reconnu comme un expert en aménagement d’espaces de travail. Comment imaginez-vous les bureaux de demain ?

Emmanuel Fougère. La question appelle à beaucoup d’humilité. Je pense qu’il est périlleux de jouer les voyants sur le sujet. Mais je suis certain de deux choses. Tout d’abord, il n’y a pas de modèle préétabli. L’open space, le flex office ou le home working sont des propositions intéressantes mais elles ne sont pas pertinentes pour tous les projets. Chez Quadrilatère, notre leitmotiv est de nous adapter de manière systématique car chaque entreprise est particulière. Deux entreprises, même si elles sont de taille similaire et agissent au sein du même secteur d’activité, sont différentes, par leur histoire ou leur culture de management. Ce n’est qu’en comprenant leurs éléments structurels que nous pouvons orienter nos clients sur des choix d’aménagement. Ma deuxième certitude est qu’il y a une convergence globale des espaces. L’hôtel, le retail, la maison et le bureau s’inspirent réciproquement et leurs identités respectives s’hybrident.

Comment abordez-vous chaque projet ?

La première rencontre consiste à comprendre ce que désire vraiment le client. Cet échange est essentiel pour que celui-ci nous raconte son histoire et que, de notre côté, en formulant et en reformulant son besoin, nous parvenions à une compréhension fine de ses enjeux. Par exemple, un de nos clients souhaitait gagner de l’espace et envisageait la solution du flex office. Or, contrairement à la croyance générale, le flex office ne permet pas forcément de gagner de l’espace puisque ce que vous gagnez d’un côté doit être compensé par le développement d’espaces supports et de convivialité. En comprenant l’organisation des métiers de cette entreprise, il est devenu manifeste que le flex office aurait eu pour conséquence de faire perdre en qualité de vie au travail pour ses collaborateurs. Nous avons donc trouvé d’autres moyens d’optimiser la surface disponible. Autre exemple, une société se demandait comment faire pour que ses collaborateurs viennent au bureau alors qu’ils sont très indépendants dans leurs missions et peuvent facilement exercer leur activité à distance. Nous avons donc proposé une réponse basée sur du flex office, accompagnée d’une réflexion très poussée sur les espaces de convivialité, en ayant pour objectif la cohésion de l’entreprise et l’envie de venir retrouver ses collègues.

Vous venez du retail et avez notamment été directeur opérationnel au sein de Kering et de la Fnac. Comment votre parcours vous inspire-t-il ?

Ces expériences m’ont convaincu que le client est le plus important. C’est d’ailleurs à l’issue de ces missions que j’ai accepté de prendre la direction de Quadrilatère, pour porter sur ce marché une approche nouvelle, résolument tournée vers le client, position que je n’avais que rarement trouvé dans mon expérience côté utilisateur. Tout ce que nous faisons est motivé par cette conviction profonde.

Propos recueillis par Laetitia Sellam

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS