Lundi 15 avril, le Président Macron adressait, comme prévu, un message aux Français. Il le faisait non pas dans une allocution enregistrée de son bureau de l’Élysée mais en direct du parvis de Notre-Dame où des centaines de pompiers luttaient encore contre l’incendie, et non pas pour parler Gilets jaunes et Grand Débat, mais espérance et reconstruction.

On s’attendait à une nouvelle soirée de décryptage politique et à l’amorce, inévitable, de quelques polémiques partisanes suite à ce qui devait, lundi, être la troisième grande allocution télévisée du président Macron aux Français ; celle dans laquelle le chef de l’État devait annoncer « les premières mesures concrètes » issues du Grand Débat. Ce fut finalement une soirée d’union sacrée. Un de ces moments dans lesquels, face au drame, les dissensions se taisent et les clivages – politiques, religieux, sociaux –… s’estompent.

Notre-Dame. Cet élément de « notre histoire, notre littérature, notre imaginaire, l’épicentre de notre vie », ce point d’ancrage d’une identité collective que le chef de l’État a promis de tout faire pour reconstruire

Peu avant 19 heures, alors que le Président était en train d’enregistrer son discours, un incendie se déclarait dans les combles de Notre-Dame de Paris, se propageant rapidement à l’ensemble de la charpente et à la flèche de la cathédrale qui, à 20 heures, s’effondrait, laissant dans le toit une plaie béante et créant partout en France une véritable onde de choc. Alors que les 500 sapeurs-pompiers mobilisés s’emploient à contenir l’incendie qui ravage l’édifice, les réactions affluent, unanimes. De Jean-Luc Mélenchon à Laurent Wauquiez, de Libé à La Croix, toutes disent leur consternation et immense tristesse face à la catastrophe.

« Espérance »

Peu après minuit, Emmanuel Macron prend finalement bien la parole. Non pas dans une allocution enregistrée quelques heures plus tôt de son bureau de l’Élysée, mais en direct du parvis de Notre-Dame, et après Monseigneur Aupetit, évêque de Paris. Entouré du Premier ministre Édouard Philippe et de la maire de Paris Anne Hidalgo, le Président adresse d’abord aux pompiers mobilisés « les remerciements de la nation tout entière » pour être parvenus à sauver les tours latérales de la cathédrale et la structure de l’édifice, permettant ainsi que « le pire soit évité », avant d’évoquer, visiblement très ému, la portée symbolique de Notre-Dame. Cet élément de « notre histoire, notre littérature, notre imaginaire, l’épicentre de notre vie », ce point d’ancrage d’une identité collective qu’il a promis de tout faire pour reconstruire. « Cette cathédrale, nous avons su l’édifier, la faire grandir, l’améliorer. Nous la rebâtirons tous ensemble parce que c’est ce que les Français attendent et c’est ce que notre destin mérite », a déclaré le chef de l’État qui s’est engagé, pour cela, à mobiliser « les plus grands talents » du monde entier et à ouvrir une souscription « au-delà de nos frontières ». Souscription à laquelle, quelques heures plus tard, François-Henri Pinault annonçait participer à hauteur de 100 millions d’euros et LVMH la famille Arnault de 200 millions.

Caroline Castets

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS