Début 2020, l’association internationale TMA, Turnaround Management Association s’installait dans l’Hexagone. Avec plus de 10 000 membres actifs dans le monde, l’organisation rassemble des professionnels des métiers de la restructuration, du retournement et du financement. John Lloyd, membre du comité de direction de cette nouvelle antenne ou "chapter" détaille son rôle dans le paysage associatif français.

Décideurs. Quels sont les objectifs et les missions de l’association dans le monde et, désormais, plus particulièrement en France ?

John Lloyd. La mission de l’association internationale TMA est de regrouper les professionnels de tous les horizons du restructuring et du financement, animés par un même esprit d’ouverture, de progrès permanent et l’envie partagée de tirer parti du networking.

TMA est en croissance continue et a la volonté de créer des "chapters" partout dans le monde. L’association compte déjà cinquante-trois "chapters" dans le monde, dont treize en Europe sans compter la France qui est en cours de formation.

Elle regroupe aussi des organisations spécifiques pour les femmes sous le label NoW (Network of Women) et pour les générations montantes, sous le label "NextGen" dédié aux professionnels de moins de 35 ans.

L’année dernière, plus de 450 événements ont été organisés dans le monde par l’association, dont plus d’une centaine en Europe.

La mission de l’antenne hexagonale est de créer un réseau dynamique à l’image de TMA et d’inviter les professionnels français à le rejoindre. Elle sera ouverte à tout professionnel du retournement, du restructuring et du financement.

Quels chantiers souhaitez-vous lancer en France ?

Nous souhaitons tout d’abord mettre en place des événements réguliers professionnels et sociaux, qui permettent aux professionnels du retournement d’échanger formellement et informellement. L’association permettra par ailleurs de développer des liens forts avec les autres "chapters" de TMA en Europe et dans le monde mais aussi de partager des best practices. Nous diffuserons également des formations, des certifications, des techniques de retournement, de restructuration et de financement. Enfin, l’association aura une action de lobbying vis-à-vis des institutionnels et organismes publics en France et en Europe grâce à des actions spécifiques auprès de ces pouvoirs publics.

"Chaque association apporte sa pierre à l’édifice"

Quel est le positionnellement de TMA en France par rapport à d’autres associations comme l’AIR, WIR ou l’ARE ?

Nous estimons être complémentaires des autres associations actives dans ce secteur en France. Chaque association apporte sa pierre à l’édifice.

Le lancement de TMA en France répond à une attente des professionnels tournés vers l’international. Nous apportons la force et l’efficacité de notre réseau européen et international et des relations de confiance avec nos partenaires des autres "chapters" de TMA en Europe et dans le monde.

Quelle est votre vision du marché du restructuring pour 2021 ?

Nous vivons dans une période extraordinaire et sans précédent qui a bousculé nos vies personnelles et professionnelles ainsi que nos modes de fonctionnement et nos automatismes dans notre façon de travailler. Les certitudes du monde d’avant 2020 sont en grande partie remises en question.

Les professionnels du retournement auront plus que jamais besoin de se regrouper pour pouvoir porter les meilleures solutions aux entreprises ayant besoin d’être restructurées, redressées ou transformées.

Dans ce contexte, le lancement de TMA en France nous semble particulièrement pertinent.

Propos recueillis par Béatrice Constans

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS