À la mort de son mari David en 2019, Julia Koch hérite de 45 milliards de dollars. Ce qui la place sur le podium des femmes milliardaires.

D’une ferme de l’Iowa au statut de la troisième femme la plus riche du monde, c’est le destin peu commun de Julia Koch. Née en 1963 dans l’Iowa, Julia Flesher grandit dans une famille rurale et modeste mais rêve des lumières de la ville. À l’âge de 21 ans, elle prend la direction de la Big Apple pour travailler dans la mode. Reconnus par le petit milieu de la haute couture, sa beauté et son bon goût lui permettent de se faire rapidement une place de choix dans un milieu très concurrentiel. Assistante du couturier Adolfo, elle est notamment conseillère style de la première dame Nancy Reagan. Sa vie bascule en 1991.

Philanthrope et mondaine

Cette année-là, elle rencontre David Koch, 56 ans, magnat du pétrole, mécène du parti républicain, accessoirement l’une des plus grosses fortunes du pays. Ils se marient en 1996 et ont trois enfants David Junior, Mary Julia et John Mark. Des Hampton’s à Aspen, en passant par Palm Beach, Julia Koch mène une vie faite de cocktails, de voyages, de mondanités mais aussi de philanthropie. C’est notamment elle qui gère la fondation Koch qui verse des millions de dollars pour financer la culture, la santé publique ou la recherche médicale. Pour autant, elle n’a aucune expérience en matière de gestion d’entreprise. Lorsque son mari décède en août 2019, elle hérite de 42 % du groupe Koch et est désormais à la tête d’une fortune qui avoisine les 45 milliards de dollars. Elle souhaite la gérer en "bonne mère de famille" pour léguer à ses propres enfants un groupe prospère.

Lucas Jakubowicz

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail

GUIDES ET CLASSEMENTS