Le cabinet d’avocats s’adosse à Fiducial grâce à la faculté offerte par la loi Macron de créer une société d’exercice pluridisciplinaire.

Lamy & Associés, cabinet indépendant d’origine lyonnaise et présent à Paris, cherchait les moyens de croître. Il a trouvé dans Fiducial la structure qui financerait son développement. Grâce à la création de Fiducial Legal, dans lequel Fiducial est majoritaire, le cabinet qui réunit une cinquantaine d’avocats se donne les moyens de ses ambitions. Pour Philippe Genin, associé et président du conseil d’administration de Fiducial Legal, cette opération remplit trois de ses objectifs. « Tout d’abord, répondre à la forte concurrence des Big 4 et des cabinets d’avocats anglo-saxons. Ensuite, investir dans certains domaines du droit comme la propriété intellectuelle ou le droit des nouvelles technologies, et notre développement informatique. Et, enfin, offrir à nos avocats et à ceux qui nous rejoindront de belles perspectives d’avenir professionnel. » Pour cela, Lamy & Associé a choisi une entreprise qui lui ressemble pour préserver la culture du droit français. Fiducial est par ailleurs particulièrement bien assis puisque il occupe 10 % des parts de marché des services pluridusciplinaires aux entreprises (expertise comptable et audit, informatique et nouvelles technologies, gestion de sociétés immobilières, bureautique, banque et bientôt assurance).

 

Lamy & Associé était déjà précurseur en matière d’interprofessionnalité puisque Bruno Lamy, son associé fondateur, avait créé une structure mêlant avocats et conseils avant la fusion des deux professions en 1990. Le cabinet profite à présent de la faculté offerte par la loi Macron de faire entrer au capital d’un cabinet d’avocats une structure d’exercice du droit ou du chiffre. D’autres structures ont d’ores et déjà sauté le pas comme le cabinet Dalin Chemouli Stoloff & Associés affilié à In Extenso depuis début 2016.

 

Une telle alliance entre un géant et un cabinet d’avocats multi-service ouvre considérablement le champ des possibles : « Nous attendons le décret d’application pour poursuivre notre démarche et faire entrer dans Fiducial Legal des experts-comptables, des huissiers de justice ou encore des notaires et de spécialistes de la gestion de patrimoine. Nous réfléchissons également à nos prochains développement à Paris et en région », confie Philippe Genin.

 

Pascale D’Amore

 

Légende de la photo : Les associés du cabinet Fiducial Legal entourant Christian Latouche, fondateur de Fiducial

Classements

Trouver les acteurs & informations qui vous aideront

Newsletter Flash

Pour recevoir la newsletter du Magazine Décideurs, merci de renseigner votre mail